Les curiosités de Mangaverse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

The voices of a distant star

The voices of a distant star
THE VOICES OF A DISTANT STAR
Un film de Makoto Shinkai
Pas de sortie en salles
Sortie en DVD le 23 juin 2010
Durée : 0h25

Chronique du 3 juin 2012

Bien qu'ayant souvent entendu parler de ce réalisateur, ce n'est qu'en 2008, lors du Festival d'Animation d'Annecy, que je découvre pour la première fois le travail de Makoto Shinkai avec son film 5cm per second. Une belle rencontre, douce et délicate, pleine de promesses. Quatre ans plus tard, ce même Festival programme son nouveau film, Voyage vers Agharta, j'en profite donc auparavant pour me plonger à fond dans ses précédentes œuvres.
Autant commencer par le début, premier tour donc avec The voices of a distant star, autrement dit Hoshi no koe, court métrage de 25mn auquel Makoto Shinkai a consacré deux ans de sa vie. Le résultat n'a rien à envier au travail des grands studios.

En 2046, deux collégiens, Mikako et Noboru, rêvent déjà de leur prochaine année au lycée, qu'ils espèrent encore partager. Mais la jeune fille est recrutée par les Nations Unis pour une mission spatiale : elle sera pilote de Tracer, sorte de robot géant, et embarquera à bord du navire Lysithia à la poursuite des Tarsiens, des aliens responsables d'une attaque contre une colonie terrienne sur Mars. Mikako part donc dans le système solaire mais les deux ado gardent contact par mail. Hélas, si l'arrivée d'un mail sur Terre, même voyageant à la vitesse de la lumière, prend déjà un certain temps depuis Jupiter, rien ne s'arrange au fur et à mesure de l'éloignement de la jeune fille. Pluton, où ils subissent une attaque, puis à une année-lumière de là puis...

Dès les premières images, le ton est donné : couleurs pastel, douces, simples, avec rapidement un petit côté mélancolique qui s'immisce quand on comprend la situation des deux amoureux. Une idylle à distance, ce n'est déjà pas évident mais quand en plus de l'espace, le temps entre en scène, voilà qui n'arrange rien. Car si la jeune fille reste une ado de 15 ans loin de chez elle, de sa vie, plongée dans une guerre bien trop grande pour elle, Noboru lui voit le temps qui défile tandis que les années passent pendant l'attente de l'arrivée des mails. Au fil des mois sans nouvelle, comment alors savoir ce qui se passe si loin, si l'autre est toujours là, s'il pense encore à vous ? Voilà bien un élément dramatique qui donne même le vertige tandis que Shinkai parvient finalement à en faire ressortir une douce et amère poésie amoureuse, délicate, toute en sensibilité et en pudeur. Qu'importe alors la réalité, aussi dure soit-elle, l'improbabilité de retrouvailles tant espérées, l'illusion d'un avenir commun, puisque tout ce qui importe, ce sont ces deux âmes si loin et si proches, envers et contre tout... Tout n'est centré que sur elles deux, sans qu'on ne voit jamais personne d'autre.
En 25mn, Makoto Shinkai signe déjà une belle œuvre, marquante et forte, montrant un sacré talent de réalisation. Les décors sont superbes, parvenant à dégager une émotion tour à tour douce et apaisante ou mélancolique et touchante. L'animation tourne sans problème, rythmée, sans temps mort, sans besoin d'en faire trop, alliant plans fixes contemplatifs et scènes d'action bien lisibles. Certes, le dessin des visages est parfois un peu maladroit mais n'empêche en rien l'expressivité des deux personnages, attachants sans jamais tomber dans un pathos trop appuyé.

Forcément, dès qu'un nouveau réalisateur japonais se fait connaître dans l'animation, on le surnomme le nouveau Miyazaki. Makoto Shinkai, à l'image d'autres comme Mamoru Hosoda (La traversée du temps, Summer Wars) ou Keiichi Hara (Un été avec Coo, Colorful), n'a pas besoin de ça pour se faire sa place, parvenant dès le début à proposer son propre style, doux, tendre et mélancolique. Un style qu'il pourra petit à petit développer dans ses films suivants : La tour au delà des nuages (2004, prochain DVD à voir), 5cm per second (2007) et Voyage vers Agharta (2011).

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Carolus Carolus ·  03 juin 2012, 16:15

Tu donnes vraiment envie de s'intéresser à ce film. J'ai retrouvé dans ton article ce que j'ai ressenti en regardant la tour au delà des nuages. On y retrouve un amour à distance... en quelque sorte. C'est aussi très mélancolique et touchant. L'ambiance a l'air d'être similaire. Je n'en dis pas plus car je suppose qu'il fait partie de tes prochains films à regarder. ^^ Pour ma part, je note the voices of a distant star sur ma liste de films à voir.

Morgan Morgan ·  03 juin 2012, 17:48

J'ai vu La tour au delà des nuages et ce sera la prochaine chronique ici. Que ce soit dans ce film ou dans 5cm per second, Shinkai développe plus en profondeur tous les sujets qu'il a abordés, plus rapidement puisqu'en seulement 25mn, dans The voices of a distant star, c'est donc sympa de voir les débuts de ces thèmes de prédilection.

aucune annexe



À voir également

tournuages02.jpg

La tour au-delà des nuages

Trois adolescents ne rêvent que d'une chose : approcher cette tour construite par le pays voisin. Mais qu'espèrent-ils y trouver ?

Lire la suite

The Prodigies

Ils sont cinq. Ils sont brillants. Ils ne se connaissent pas mais n'attendent que le moment de leur rencontre. Ils n'ont que 13 ans mais gare à celui qui se mettra sur leur chemin...

Lire la suite