Les curiosités de Mangaverse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La maison en petits cubes

C'est lors de l'édition 2008 du Festival du Film d'Animation d'Annecy qu'une des séances de courts métrages m'a permis de découvrir La maison en petits cubes, réalisé par Kunio Katô. Histoire de montrer que l'animation japonaise, ce n'était pas que des séries TV ou des films Ghibli. Douze minutes magnifiques, poignantes, tendres et touchantes, où les paroles laissent leur place à l'émotion pure, couronnées notamment par le Cristal d'Annecy, et quelques mois plus tard, en février 2009, par rien de moins que l'Oscar du meilleur court métrage d'animation.

La maison en petits cubes (couverture)Près de quatre ans plus tard, je retrouve cette histoire grâce aux éditions nobi-nobi !, proposant l'édition française du livre illustré sorti au Japon chez Hakusensha. Et je profite de la venue de l'illustrateur, Kunio Katô, l'histoire étant signée Kenya Hirata, au Salon du livre de Paris 2012 pour demander à une âme généreuse de m'acheter le volume et si possible de le faire dédicacer...

On n'est donc pas là dans le manga mais bien dans le livre d'illustrations. Format BD classique (215x283 mm), 48 pages couleurs... Mais quelles couleurs !! On retrouve l'histoire du film, en un peu plus développée : un vieil homme vit seul, depuis la mort de sa femme trois ans auparavant, dans leur petite maison au milieu des flots. En effet, l'eau a envahi l'endroit et monte en permanence, obligeant régulièrement les habitants des lieux à construire sur leur toit un nouveau logis pour garder les pieds au sec. Le vieil homme est donc là, seul, tous les voisins étant partis, et un petit incident va l'obliger à plonger et remonter pendant quelques minutes le cours du temps pour retrouver des souvenirs engloutis mais jamais oubliés...

Ceux qui ont pu voir ce film - et je vous le conseille chaudement - gardent sans doute au fond du cœur toute la douceur et la délicatesse tendre dans lesquelles on plonge sans retenue durant quelques minutes. On retrouve parfaitement ça, et plus encore, dans le livre, pouvant prendre le temps de s'imprégner de chaque image, des aquarelles aux couleurs douces et travaillées, sans aucune agressivité mais également sans pathos dégoulinant ni nostalgie rance. Ces souvenirs qui surgissent racontent tous les petits bonheurs, et parfois malheurs, d'une belle vie à deux, souvenirs qui poussent le vieil homme à rester dans sa petite bicoque envers et contre tout, profitant simplement d'être là même si la solitude et le silence sont désormais ses seuls interlocuteurs.
La poésie est au rendez-vous à chaque page, également grâce au texte, court mais charmant, bourré de petites rimes, qui donne envie d'être lu et raconté à haute voix. Là où seules les images, sans paroles, donnaient à ressentir dans le film, ici les mots accompagnent subtilement chaque émotion, sans en faire trop.
L'ensemble est vraiment magnifique, touchant, attachant et chaleureux malgré la tristesse relative de l'histoire, et on ne peut qu'avoir envie de partager ce petit bout de tendresse avec petits et grands, chacun pouvant trouver sa place dans ce récit, des émotions simples pour les plus jeunes, plus de profondeur et de mélancolie pour leurs aînés.

Pour ne rien gâcher, nobi-nobi ! nous propose un travail soigné, une belle impression sur du papier mat, qui donne envie de feuilleter encore et encore le volume. Le succès semble d'ailleurs avoir été au rendez-vous, le livre n'étant plus disponible pour le moment alors qu'il est sorti en mars 2012.
Voilà en tout cas un bel ouvrage qui ne laisse pas indifférent, parfait complément au court métrage, petits bijoux de sensibilité et d'émotion.

La dédicace de Kunio Katô

La maison en petits cubes
Par Kunio Katô et Kenya Hirata
Chez nobi-nobi ! - 215x283 mm - 14,95€
La page de l'éditeur, avec des planches à découvrir : nobi-nobi !
Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Key Key ·  12 avril 2012, 09:54

Je l'avais repéré un peu tard au Salon du Livre où l'auteur était en dédicace. En tout cas, suite à un article dans Famili -ou bien est-ce Enfants, je ne sais plus ?- (oui on a les lectures qu'on mérite T_T) il m'intéressait grandement. J'avais adoré le court-métrage. En tout cas, c'est dans mon panier des prochains achats :)

Merci Morgan pour ta chronique !

Herbv Herbv ·  12 avril 2012, 22:24

C'est vrai qu'il s'agit d'un bien bel ouvrage. J'ai hésité à en acheter un exemplaire pour moi et à refaire un tour d'attente de dédicace. Ceci dit, malgré un très beau dessin, une histoire toujours touchante, une traduction réussie, j'ai quand même préféré le court métrage d'animation. En tout cas, ça a l'air d'avoir fait plaisir à Kunio Katô quand je lui ai dit (enfin, via sa traductrice, une fois qu'il avait terminé la dédicace) qu'on avait beaucoup apprécié le film lors de sa projection au festival d'Annecy et qu'on avait été content qu'il ait eu le Cristal.

aucune annexe



À voir également

Couleur de peau : miel

Jung a 5 ans quand un policier le trouve errant dans les rues de Séoul. Quelques mois plus tard, le voilà en Belgique dans sa famille d'adoption. Mais loin de son pays, abandonné, déraciné, comment construire sa vie ?

Lire la suite

jerusalem03.jpg

Chroniques de Jérusalem

Après Shenzhen et Pyongyang il y a quelques années, retrouvailles avec les récits de voyage de Guy Delisle.

Lire la suite