Les curiosités de Mangaverse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mary & Max

Mary et Max.
Un film d'Adam Elliot
Sorti en salles françaises le 30 septembre 2009
Sorti en DVD le 9 février 2010
Durée : 1h32

Chronique du 7 octobre 2009

En juin dernier, lors du dernier Festival d'Annecy, j'avais eu une place pour aller voir Mary & Max. d'Adam Elliot. Place finalement non utilisée pour cause de petits problèmes d'organisation dira-t-on. Sur le coup, cela ne m'avait pas plus dérangée que ça, n'ayant aucune idée de quoi parlait vraiment ce film. Mais dans les jours suivants, j'avais entendu dans les files d'attente plusieurs "Tu as vu Mary & Max. ? Ne le loupe pas..." qui m'avaient quelque peu fait douter de la fiabilité de mon instinct sur ce coup-là. Fiabilité finalement complètement ratatinée quand Mary & Max. s'était vu décerner le Grand Prix du Festival ex-aequo avec Coraline. Oups, boulette...

Boulette aujourd'hui réparée, une semaine après la sortie du film en salle - et sans doute une semaine avant la disparition du film des salles annéciennes vu les horaires de projection et le nombre de personnes lors de ma séance, nous étions trois - même s'il a fallu alors me contenter de la VF et donc oublier d'office les voix de l'extraordinaire Toni Collette, Philip Seymour Hoffman ou Eric Bana. Ne boudons pas notre plaisir, il est déjà très appréciable que ce film ait pu connaître une si large diffusion alors qu'il n'a aucun grand nom de studio derrière.
Pour ma part, j'avais décidé d'en savoir le moins possible avant d'y aller, n'ayant lu qu'un vague résumé mais ayant préféré me passer de toute bande-annonce et autres pistes qui m'auraient défloré la surprise de la découverte.

Mary & Max. est donc un film d'animation en pâte à modeler nous entraînant à la rencontre de deux personnages qui avaient bien peu de chances de se connaître un jour : d'un côté, Mary, australienne de 8 ans vivant dans une petite bourgade miteuse dans la banlieue de Melbourne, de l'autre Max, célibataire new-yorkais quelque peu enrobé de 44 ans, atteint du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme. Deux générations, deux continents, mais un amour commun du dessin animé Les Noblets et du chocolat. Et surtout, une incompréhension totale de la société qui les entoure, de ces humains illogiques et incohérents qui se moquent d'eux, les malmènent parce qu'ils sortent un peu du rang. Par hasard, ces deux-là vont se mettre à correspondre à partir de 1976 pendant plus de vingt ans, à coup de lettres décousues, tendres, parfois perturbantes pour l'un ou l'autre. Le monde autour d'eux évolue, change, eux vivent leur petite existence entre petits et gros drames, routine rassurante et lettres porteuses d'amour ou d'angoisse.

Ce que j'aime avec la pâte à modeler, c'est cette sensation de volume, de texture, de concret qui ressort des films s'employant à lui donner vie. Très vite, on se retrouve plongés dans le quotidien de ces deux êtres un peu paumés, mis de côté dans une société qui ne sait pas forcément trop où elle va. Un quotidien simple mais jamais ennuyeux ou répétitif, rempli de petits riens alternant l'hilarant, l'absurde, le dramatique, l'émouvant. Chaque scène est totalement imprévisible, impossible de savoir ce qui va se passer dans leur vie, comment vont filer les années, le tout restant pourtant parfaitement cohérent, jouant la carte de la dérision et de la simplicité un peu absurde du quotidien avec beaucoup d'humanité et de tendresse.
On n'est évidemment pas là face à un film d'action qui bouge beaucoup, tout est basé sur le relationnel, à coups de mots simples qui en fait en disent tellement plus. Quand ce n'est pas Mary ou Max qui lisent leurs lettres, c'est un narrateur qui explique, sans jamais alourdir le récit, souvent avec un humour pince-sans-rire, sachant s'arrêter quand les mots n'apportent rien de plus que l'image, laissant énormément parler les regards, les situations, les multiples détails qui parsèment l'écran à chaque seconde. Ainsi, une des caractéristiques du film est son utilisation des couleurs : noir, blanc, gris et une touche de rouge pour le quotidien new-yorkais de Max, sans doute la manière dont il voit sa vie se dérouler dans sa routine dont il a tant besoin pour se sentir bien, brun et rouge pour la jeune Mary dans son Australie natale un rien crasseuse mais jamais minable ou dégradante. Le rouge permettant dans un monde comme dans l'autre de faire ressortir un détail plus important que les autres, petite touche lumineuse dans la noirceur d'un univers parfois bien sombre mais jamais déprimant ou lourd.
Les mots que s'envoient ces deux amis sont souvent légers, remplis de beaucoup de tendresse un peu maladroite et de chocolat en barres ou en tablettes, mais peuvent parfois être durs et indiscrets, brisant la vie de l'autre dans leur soudaineté, leur force, leur rudesse. Ce ne sont finalement que deux humains imparfaits, subissant les tracas d'une petite vie ordinaire mais jamais misérable, parfois drôle, parfois sordide. Deux êtres profondément attachants, ne jouant jamais sur le pathos ou le mielleux, ayant du mal à appréhender le monde autour d'eux. Entourés d'une galerie de personnages haute en couleurs, forte en gueule, entre le père taxidermiste d'animaux morts ramassés au bord de la route, la mère alcoolique qui "emprunte" dans les magasins pour économiser les sacs en plastique, la voisine à moitié aveugle adepte de la soupe du dimanche soir, Damien le voisin bègue fan de Mykonos...
Difficile de ne pas les aimer, dans leurs défauts, leurs fêlures, leurs habitudes, leur énorme besoin d'amour, d'amitié, d'acceptation de ce qu'ils sont par les autres envers et contre tout, le film ne jouant jamais la corde de la sensiblerie, mais bourré d'une sensibilité à fleur de peau, d'une justesse subtile, d'une fraîcheur qui vous laisse au fond du coeur une petite boule fragile qu'on a peur de voir exploser et qu'on dorlote des heures après la fin du film, en se remémorant le thème musical qui nous a accompagnés pendant 1h30, petites notes de piano suivies de contrebasse, mélodie légère et fraîche nous laissant quitter la salle des images plein la tête, des émotions plein le coeur.
Inutile de dire qu'il le mérite, son Grand Prix, Adam Elliot. Son film est unique, particulier, parlant directement au coeur avec simplicité et humanité.

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

purplevelvet purplevelvet ·  11 novembre 2009, 22:07

Un très chouette film que j'ai enfin eu l'occasion d'aller voir ( on peu faire confiance au Réseau de Cinés Utopia pour programmer et prolonger ce genre de pépites)..

Et ça fait du bien! Ca fait du bien de voir un film d'animation, pas niaiseux, qui parle d'amitié sans sombrer dans le sentimentalisme écoeurant. Un film d'animation qui n'est pas encombré de chansons à la guimauve, ni de couleurs flashy ( emploi très ingénieux de la couleur, le monde marron de Mary, le monde Gris de Max, et au milieu de tout ça les petites taches de couleur rouge qui s'insinuent sous la forme d'une barrette ou d'un pompon..).

Et à l'inverse un film qui parle de solitude, de dépression nerveuse et de maladie mentale sans sombrer non plus dans le pathétique lacrymal, qui désamorce le trop sérieux par un humour noir assez irrésistible, moi je le dis, ça mérite un grand bravo

aucune annexe



À voir également

tournuages02.jpg

La tour au-delà des nuages

Trois adolescents ne rêvent que d'une chose : approcher cette tour construite par le pays voisin. Mais qu'espèrent-ils y trouver ?

Lire la suite

distantstar02.jpg

The voices of a distant star

Deux collégiens séparés par la guerre parviendront-ils à garder contact au delà des distances et du temps qui passe ?

Lire la suite