Les curiosités de Mangaverse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Brendan et le secret de Kells

Brendan et le secret de Kells
Un film de Tomm Moore et Nora Twomey
Sorti en salles françaises le 11 février 2009
Sorti en DVD le 19 août 2009
Durée : 1h18

Chronique du 8 juin 2009

Jetons donc un œil sur le film Brendan et le secret de Kells de Tomm Moore et Nora Twomey (France-Irlande-Belgique). Il est sorti en France au cinéma le 11 février 2009 et j'ai eu l'occasion de le voir lors du Festival d'Annecy 2009.

Et j'ai bien fait ! C'était un très bon moment. L'histoire en deux mots : au 9ème siècle, en Irlande, c'est à Kells que vit le jeune Brendan, moine de son état, sous la protection ferme de l'abbé Cellach. Ce dernier est obnubilé par la certitude que les terrifiants vikings finiront par attaquer Kells, il met donc toute ses forces à construire une enceinte fortifiée qu'il pense être la seule et unique solution de survie. Tout passe après son obsession de fortification, au grand dam de tous les autres moines, qui préfèreraient passer leurs heures à s'occuper de leurs manuscrits qu'à monter des murs... Voilà alors que débarque Frère Aidan, fuyant les vikings, très célèbre enlumineur porteur d'un livre de légendes qui va changer la vie de Brendan...

On se retrouve évidemment là face au classique parcours d'initiation du jeune orphelin devant braver tous les dangers pour trouver sa voie, y compris défier l'autorité de son "parent" pour devenir un homme. Base très classique donc mais parfaitement mise en scène. Les décors sont superbes, utilisant le style enlumineur évidemment en le simplifiant mais en sachant en reprendre l'essence. C'est très coloré, vivant, énergique. Un vrai plaisir pour les yeux... et les oreilles car la musique de Bruno Coulais est parfaitement adaptée, sans compter un doublage anglophone de qualité, sachant reprendre l'accent irlandais et ainsi nous immerger dans cette Irlande du 9ème siècle en prise avec la terreur de l'invasion viking. Une terreur très clairement rendue, dans toute son horreur sans pour autant se la jouer gore - le film se veut visible par les plus jeunes - mais ne cachant pas aux enfants que le monde n'est pas vraiment celui des Bisounours.
Voilà quelque chose de très appréciable, ce n'est pas parce qu'on fait un film visant au départ le jeune public qu'on le prend pour un débile profond incapable de la moindre nuance, de la moindre subtilité ni de supporter des trucs pas super rigolos. Dès le départ, on le remarque d'ailleurs par les dialogues, simples mais sans fioriture ni bavardage inutile, et surtout jamais débilisant, puéril, creux. Sans oublier l'habituelle bestiole accompgnant le héros, ici un chat du nom de Pangur Ban (de mémoire...) qu'un Disney nous aurait fait parler et jacasser à longueur de temps au point qu'on aurait eu envie de le trucider au bout de cinq minutes. Alors qu'ici, c'était un chat, qui miaule, ronronne, fait la tronche ou son fier, plutôt drôle et très attachant. On s'attache d'ailleurs très vite à tous les personnages, comme la jeune Aisling l'enfant louve qui va commencer à faire battre le p'tit coeur de Brendan... Ajoutons là-dessous une bonne petit dose d'humour, très léger mais bien visible, ne tombant jamais à plat, n'en faisant jamais trop, ne jouant pas la carte de l'humour bêbête et lourdingue qu'on trouve si souvent.

En fait, le seul reproche que je ferais à ce film est sa fin, qui me laisse un petit goût d'inachevé même si à bien y réfléchir, tout était dit : la connaissance des livres a survécu face à la barbarie et la haine. Mais j'aurais tout de même aimé en savoir plus sur certains personnages, approfondir un petit peu certaines choses mais je sais que c'est une remarque que je fais souvent à un film visant assez jeune, sans doute s'agit-il des limites du genre...
Voilà en tout cas un film très sympathique, attachant, chaleureux, sachant parler à tous sans en faire trop, au parti-pris graphique original avec un superbe rendu me laissant en fait un peu la même impression qu'Oseam lors de mon Festival 2004 : un film dont je n'attendais pas énormément du fait du public visé et qui m'a très agréablement surprise.

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

tournuages02.jpg

La tour au-delà des nuages

Trois adolescents ne rêvent que d'une chose : approcher cette tour construite par le pays voisin. Mais qu'espèrent-ils y trouver ?

Lire la suite

distantstar02.jpg

The voices of a distant star

Deux collégiens séparés par la guerre parviendront-ils à garder contact au delà des distances et du temps qui passe ?

Lire la suite