Les curiosités de Mangaverse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Paprika

PAPRIKA
Un film de Satoshi Kon

Sorti en salles françaises le 6 décembre 2006
Sorti en DVD (édition collector) le 20 juin 2007
Sorti du coffret Deluxe  le 17 octobre 2007
Durée : 1h30

En sélection officielle du 63ème Festival de Venise et du Festival International du Film d'Animation d'Annecy 2007

Chronique du 14 juin 2007

Paprika est signé Satoshi Kon, le réalisateur de Perfect blue, Millenium Actress et Tokyo godfathers.
En outre, il me semble que l'oeuvre originale est signée Yasutaka Tsutsui, auteur de science-fiction également à l'origine de La Traversée du temps. Je vois d'ailleurs dans le générique que Tsutsui, tout comme Satoshi Kon, ont prêté leur voix à deux des personnages du film.

Un petit résumé pour commencer ? Pas évident tant l'oeuvre est dense et foisonnante.
D'ici quelques années, une nouvelle technique psychothérapeuthique aura été mise au point, basée sur les rêves. Ainsi grâce à une machine, le DC Mini, le thérapeute peut entrer dans le rêve de ses patients, les enregistrer, les partager et donc mieux les sonder, les analyser. Une technique géniale dans le monde des Bisounours où tout le monde il est gentil, mais forcément nettement moins dans le monde des humains. La preuve ? Trois DC Mini disparaissent alors que la technique est encore en phase de test. Qui sait ce qu'il se passerait s'ils tombaient entre de mauvaises mains ? Le Dr Atsuko Chiba se met en chasse du voleur, secondé par le génial inventeur de la machine, le Dr Takito... sans oublier Paprika, l'alter ego onirique d'Atsuko.

Qui dit Satoshi Kon dit souvent oeuvre très complexe pas forcément évidente à suivre. Si Paprika joue fortement la carte de l'hallucination, de la manipulation, du flou entre le rêve et la réalité, le scénario n'en est pas moins fluide et relativement aisé à suivre, la narration rythmée et entraînante, sans aucun temps mort, nous permettant toujours de suivre. La frontière entre rêve et réalité est évidemment brouillée mais jamais trop pour nous perdre ou nous faire lâcher en cours de route. Le côté onirique est même totalement fou et sans limite, donnant un grand sentiment de liberté jubilatoire.
Je n'ai pu m'empêcher de penser aux adaptations de Ghost in the shell par Mamoru Oshii : même univers ultra coloré, même personnages féminins forts, et évidemment ce flou sur la limite entre réalité et autre monde, entre conscience et inconscience (sans oublier les poupées au visage si lisse). Si ces projets se veulent toujours assez ambitieux, ils tiennent toutes leurs promesses sans décevoir.
La seule réserve que j'émettrais concernant Paprika serait sur l'histoire secondaire du commissaire Konakawa, utile de par ses implications mais au développement quelque peu superficiel. Mais cela mériterait sans doute un second visionnage tant l'oeuvre est dense.

Côté musique, j'avais déjà pu écouter et apprécier la BO signée Susumu Hirasawa (qui avait déjà fait la musique de Paranoid Agent et Millenium Actress). L'entendre associée au film lui donne encore plus de punch, s'intégrant parfaitement avec les images, donnant toujours le rythme, accentuant ce côté complètement fou et tordu, décomplexé et faste, faisant monter la tension dans les moments de course-poursuites qu'on ne manque évidemment pas de trouver dans un thriller psychologique comme Paprika. On notera que la BO est d'ailleurs sortie en France chez ULM, c'est suffisamment rare pour être signalé...

L'animation n'est bien sûr pas en reste, très fluide, techniquement superbe, avec toujours un dessin très fin et élégant. Le focus est plus mis sur l'histoire et la narration que sur les personnages mais ceux-ci ne donnent pas non plus une impression de coquille vide, mention évidemment spéciale à Paprika qui fait sacrément rêver quand elle passe d'un univers à un autre. N'oublions pas non plus les quelques notes d'humour, assez rares mais tombant toujours au bon moment, sans alourdir ou affadir le récit. Cela lui évite d'autant plus de paraître trop sérieux ou austère, l'auto-dérision étant même plutôt bien présente.

Bref, c'est beau, c'est fou, ça part dans tous les sens en sachant toujours où ça va, sans nous perdre en route... Que demander de plus ?

L'édition DVD de juin 2007 n'existe qu'en une version, la collector, contenant deux DVD, l'un avec le film, le second avec des reportages s'intéressant à la création du film, notamment au travers d'interviews de Satoshi Kon et Yasutaka Tsutsui. Des bonus plutôt intéressants pour découvrir la génèse du film.

Morgan

Auteur: Morgan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

tournuages02.jpg

La tour au-delà des nuages

Trois adolescents ne rêvent que d'une chose : approcher cette tour construite par le pays voisin. Mais qu'espèrent-ils y trouver ?

Lire la suite

distantstar02.jpg

The voices of a distant star

Deux collégiens séparés par la guerre parviendront-ils à garder contact au delà des distances et du temps qui passe ?

Lire la suite