Ecole bleue par Aki Irie - 2006
4 volumes (édition terminée) - Kana
4 volumes (édition terminée) - Enterbrain
Sens de lecture japonais - 130x180 mm - 7,35€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises

Donnez votre avis

Quel est donc cet élève avec une queue de renard ? Et cette lycéenne qui résiste au charme de ce jeune Don Juan, que veut-elle vraiment ? Et cette princesse captive, qui viendra à son secours ? Et ces deux collègues, finiront-ils dans les bras l'un de l'autre ? Et cette fille, amoureuse d'un garçon qui ne le sait pas, pourra-t-elle lui faire sa déclaration ? Et cette courageuse héritière du trône, parviendra-t-elle à débarrasser son pays de l'odieux usurpateur, assassin de sa famille ? Autant d'histoires, et bien plus encore, qu'Aki Irie sème au fil des pages...

S'il y a quelque chose que je ne voulais plus faire, c'est bien de chroniquer des recueils de nouvelles, exercice difficile tant il demande de faire ressortir et synthétiser les qualités d'une œuvre au delà de ses histoires, toutes différentes les unes des autres. On ne peut pas se raccrocher au scénario puisqu'il a alors plusieurs visages, mélangeant les styles, les personnages, les thèmes. Je suis d'ailleurs rarement lectrice de nouvelles, ayant du mal à les trouver autrement que superficielles et inachevées, parfois promesses de beaucoup mais trop courtes pour vraiment convaincre. Et pourtant, la lecture d'École bleue d'Aki Irie me convainc de retrouver le chemin des chroniques tant sa découverte a été un coup de cœur.

En effet, École bleue est une recueil en 4 volumes où Aki Irie démontre tout son talent aussi bien d'illustratrice que de narratrice. Il est bien rare qu'avec juste des nouvelles, un auteur parvienne à créer un univers, à donner une âme à ses récits, à imposer des personnages fouillés et détaillés en si peu de temps. Irié y arrive pleinement tout en donnant une impression de simplicité et d'évidence.

Certaines histoires ne font que quelques pages, à peine commencées qu'elles sont déjà terminées, s'attachant à mettre en place une ambiance plus qu'un scénario en lui-même. Et d'autres s'étalent sur quatre ou cinq chapitres, parfois disséminés sur plusieurs volumes, nous permettant alors de retrouver de manière inattendue des personnages très attachants déjà appréciés dans les tomes précédents. Le tout s'entrelace, alternant le tragique et la comédie légère voire totalement burlesque, la romance et le drame historique, la balade en pleine nature et le huis clos dans une chambre sombre, la fête dans une vieille maison ou l'agonie au bord de la mer, la vie familiale très attendrissante ou les bars sordides. Chaque histoire est unique, certaines faisant souffler le vent de l'aventure façon grande fresque à la Basara, d'autres très intimistes ne s'intéressant par exemple qu'à ce jeune couple en pleine découverte de son jardin et ces deux amoureux qui ne pourront peut-être se comprendre qu'au delà de la mort. Au jeu du grand écart scénaristique, la mangaka gagne à main levée.

Le trait d'Irie, parfaitement maîtrisé, très détaillé et minutieux sans qu'il fatigue, particulièrement expressif, est une composante à part entière de ses récits, personnage central qui permet de donner vie à des histoires liées par une même profondeur et subtilité, un humour léger et pétillant, une sensibilité à fleur de peau, une justesse des sentiments qui fait mouche, un sens poétique émouvant, une tendresse et une fraîcheur apaisantes même face aux drames que certains personnages ne manquent pas de rencontrer sur leur route. L'ambiance qui se dégage alors de chacun des chapitres est unique, me faisant penser à du Kei Toume façon Sing 'Yesterday' for me ou à du Yuki Urushibara côté Mushishi. Les corps, les regards dégagent une véritable sensualité, pas dans le sens érotique et charnel d'une Mari Okazaki - quoique, parfois... -, mais très tactile, avec ces cheveux en bataille, ces pièces toujours en bazar, ces silhouettes qu'on croirait voir bouger, ces attitudes qui révèlent tout des personnages sans aucune parole. Ainsi, certaines pages n'ont besoin d'aucun dialogue pour s'exprimer pleinement, jouant sur les cadrages et la narration.

Cette alternance d'histoires toutes différentes donne une vivacité de ton, une énergie et une humanité profonde à l'ensemble, nous faisant découvrir tout un monde aussi varié que riche. Chaque nouveau récit entraîne une nouvelle envie de découvrir comment la mangaka va parvenir de nouveau à nous surprendre, à nous inviter dans son univers particulier, sans aucune lassitude, aucune répétition. Tout commence pourtant de manière très anodine mais très vite, impossible de lâcher le manga sans avoir fini son chapitre, sans avoir envie de replonger dans un autre, y compris quand ils n'ont pas réellement d'intrigue, d'enjeu, de but, juste du quotidien sans finalité. Ses personnages se développent en quelques cases, quelques regards, quelques mots, un rien suffisant à faire ressortir leurs doutes, leur ambiguité, leurs tourments, leurs pensées. Les femmes notamment sont des caractères toujours puissants, contrastés, devant gérer leurs faiblesses et afficher leurs forces pour ne pas se faire broyer par un monde plus masculin et ce sont toujours elles qui finissent par mener la danse, s'avérant rapidement les personnages les plus attachants par tout ce qu'elles dégagent.
La mangaka nous propose alors, à chaque chapitre terminé, de continuer à faire vivre cette riche galerie de personnages dans notre propre imagination, ceux-ci sachant laisser leur empreinte profonde dans notre cœur, sans misérabilisme ni sensiblerie facile. Et l'épilogue du dernier volume revient en crayonné sur chacun d'entre eux, de la manière la plus tendre qui soit.

Droits images et couvertures: © Aki Irie 2009 - publié au Japon par Enterbrain, Inc., Tokyo


- un dessin maîtrisé, tour à tour tendre et sensuel, sachant donner vie à une galerie de personnages variés
- beaucoup de personnages féminins, souvent très forts et attachants
- une variété d'histoires abordant tous les sujets, toutes les époques, allant de l'épique à l'intimiste, de la romance légère au drame mélancolique
- beaucoup d'humour et de tendresse, de chaleur et de poésie dans un manga où l'ambiance est le personne n°1
- une narration vivante, accrocheuse, sachant s'adapter à tous les types de récits
- des nouvelles sans doute moins réussies que d'autres mais rien qui ne gâche vraiment le plaisir de lecture

À l'aise dans tous les registres, mêlant avec habileté et finesse humour, légèreté, drame, aventure, action, banalité du quotidien et grande fresque historique, Aki Irie nous invite dans un univers unique, sachant mettre en place une ambiance tour à tour sereine, apaisante, drôle, poétique, triste, mélancolique, chaleureuse, faisant de ces recueils une lecture immanquable pour ceux prêts à se laisser embarquer. Une découverte aussi surprenante que belle.


Nombre de volumes lus: 4 au 22-06-2010
Retour liste manga
Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga