Quartier lointain par Jiro Taniguchi - 1998
2 volumes (édition terminée) - Casterman
2 volumes (édition terminée) - Shogakukan
Sens de lecture français - 170x240 mm - 12,50€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Qui n'a jamais souhaité, un jour, revenir en arrière, modifier le cours des choses ? Qui ne s'est jamais dit "Si je l'avais su à l'époque, j'aurais agi autrement" ? Mais peut-on vraiment changer son passé ? La possibilité en est donnée à Hiroshi, architecte de 48 ans, qui se retrouve un jour de beuverie dans un train qui le ramène dans sa ville natale au lieu de rentrer chez lui à Tôkyô. Hiroshi qui va soudainement se réveiller dans le corps de l'enfant qu'il était à 14 ans.

Quartier lointain (Harukana Machi E en japonais) est un manga en 2 volumes de Jirô Taniguchi, sorti en 1998 chez Shogakukan.
Second volume de la première édition française du Journal de mon père chez CastermanCasterman avait déjà sorti 3 autres oeuvres de Taniguchi: L'homme qui marche (1 volume), Le journal de mon père (3 volumes), Le chien Blanco (2 volumes) (certaines d'entre elles doivent d'ailleurs faire l'objet prochainement de réédition dans la collection Ecritures).
Mais ce qu'on peut remarquer pour Quartier lointain, c'est qu'il sort dans la collection Ecritures de Casterman (collection qui ne s'arrête pas aux mangas, loin de là), et qu'il a été traduit par Kaoru Sekizumi et Frédéric Boilet, qui s'est également occupé de l'adaptation graphique. Frédéric Boilet, dont on a pu découvrir certains travaux dans le recueil Fever sorti voila quelques mois chez Tonkam, ainsi que, entre autre, L'épinard de Yukiko, sorti en France aux éditions Ego comme X mais également au Japon dans le cadre de "La nouvelle manga" (pour plus d'info, voir son site: http://www.boilet.net).
A noter que le premier volume de Quartier lointain a remporté l'Alph Art du meilleur scénario ainsi que le prix Canal BD des librairies spécialisées lors du Festival d'Angoulême 2003.

Ce manga, c'est une sorte de voyage initiatique. Non pas dans le style d'un shônen où un jeune garçon va au fil des obstacles et des rencontres évoluer et mûrir mais dans un style différent, celui d'un homme de 48 ans qui redevient enfant, revit les mêmes difficultés et les mêmes rencontres que lors de ses lointains 14 ans et apprend à lire les signes précurseurs des épreuves qu'il sait avoir dû affronter dans son adolescence et sa vie d'adulte. Toutes ses épreuves qui vont non seulement changer la vision qu'il avait de son adolescence, de sa famille, mais également celle de sa propre vie d'homme marié père de deux filles. Un peu comme une seconde naissance qui va lui permettre de prendre le recul nécessaire aussi bien sur son passé revisité que son présent qu'il avait tendance à négliger.

Une vie, on pourrait presque comparer ça à un livre ou un film. Quand on le lit ou le visionne la première fois, on ne s'attache pas forcément aux détails, on suit la trame générale, on s'attache à l'histoire sans forcément regarder les décors, les acteurs secondaires et autres éléments anodins qui passent facilement inaperçus... Mais quand on passe à une seconde lecture, une seconde vision, on remarque tous ces détails en arrière-plan qui nous étaient passés complètement à côté la première fois. On redécouvre alors l'histoire avec un oeil neuf.
C'est un peu ce que connaît Hiroshi. Mais à la différence d'un film ou d'un livre, ici, Hiroshi est un personnage à part entière de l'histoire, il peut agir, réagir, influer sur le cours des choses... D'où le risque de modifier le futur et peut-être sa vie d'homme de 48 ans, en bien ou en mal...

Autant le premier volume s'attachait surtout à la redécouverte par Hiroshi de la vie et l'insouciance de ses 14 ans, au ré-apprentissage à se comporter comme un ado des années 60, avec des responsabilités, des droits, des devoirs bien différents de ceux d'un adulte des années 90, à profiter du bonheur des choses simples qu'il avait négligé la première fois, autant le second s'attache plutôt à son évolution par rapport à sa vie d'adulte, sa réflexion sur lui-même au travers du prisme de sa famille et de ce père qu'il connaissait si mal... Il se rend soudainement compte que rien n'est vraiment acquis, que tout est fragile et peut basculer d'un coup, alors que tout paraissait si beau, calme et tranquille. Il comprend que se laisser porter sans réellement vivre finit par apporter plus de mal que de bien. Il redécouvre la source du vrai bonheur, au delà de la routine du quotidien.

Le bonheur de vivre, c'est d'ailleurs le thème central de bon nombre d'oeuvres de Taniguchi.
Dans L'homme qui marche, il nous parle du bonheur du moment présent, apprendre à être heureux dans sa vie quotidienne, en s'émerveillant de tout, vivre pleinement chaque seconde de sa vie présente. Sans penser au passé ou au futur, juste vivre le présent.
Dans Le journal de mon père, il revient sur le bonheur de la jeunesse, le héros se souvient de son enfance et de ses moments simples. Il ne les vit pas (contrairement à Quartier lointain où il est un acteur direct), il les redécouvre avec son oeil d'adulte, la patine du temps, de l'expérience, avec nostalgie et mélancolie devant ces temps passés qui ne vivent plus que dans sa mémoire.
Avec Quartier lointain, la boucle est bouclée: le bonheur de vivre le présent grâce au passé, en somme, l'histoire d'un adulte qui apprend à aimer de nouveau son monde grâce aux yeux de l'enfant qu'il était...
Le tout toujours servi par un trait fin, net et précis, complet aussi bien dans les décors, paysages que dans les personnages (auxquels on pourra reprocher de tous un peu avoir la même tête mais bon...), ainsi que par une narration claire, vivante et superbe par le choix de certains plans, accentuant le côté émouvant de certaines scènes. On a droit à quelques allers et retours passé-présent dans le premier tome, entre les souvenirs et les rêves, qui étonnent au début puis finissent par s'intégrer dans la logique de l'histoire.
Au final, une oeuvre dans la continuité de ce qu'on connaît déjà de Taniguchi en France, à mes yeux toujours aussi simple, tendre, profondément humain, contant à merveille les joies et les peines du quotidien de chacun.

Niveau adaptation: comme signalé dans l'introduction de cette chronique, c'est à Frédéric Boilet qu'on doit cette adaptation. Voilà ce qu'on peut lire sur son site à ce propos: "La traduction et l'adaptation graphique du sens de lecture de l'édition française ont été réalisées au Japon d'avril à juin derniers par Frédéric Boilet, en constant échange avec Jirô Taniguchi. Approuvée par l'auteur, cette version française respecte en outre le découpage original en deux volumes de l'édition japonaise." On peut également en apprendre plus grâce à l'interview de BD news datant du Festival d'Angoulême 2003.
Rien à redire sur la traduction niveau orthographe ou lisibilité. On remarquera également que pour une fois dans un manga en sens de lecture français, tous les personnages ne deviennent pas gauchers.
La couverture reprend le dessin de la couverture japonaise, mais sans reproduire réellement la couverture originale, de manière à garder le même style que les autres oeuvres de la collection "Ecritures" (fond blanc).
Bonne impression, pas de problème de colle ou de pages mal coupées, format plus grand que le format classique manga, couverture semi souple sans jaquette volante, c'est un ouvrage de qualité que nous avons là (d'où prix plus élevé que pour un manga classique). Vous ne le trouverez d'ailleurs pas forcément au rayon manga mais peut-être bien au rayon bd de votre boutique habituelle...
A noter enfin que Casterman, à l'occasion de la sortie du second et dernier volume, a également mis en vente un coffret réunissant les deux volumes, pour le même prix que les deux volumes individuels pris séparément (25 €).


- un dessin fin et précis, fouillé aussi bien dans les décors que les personnages
- une narration simple, claire et dynamique, avec de superbes plans
- une histoire où le quotidien flirte avec quelques grammes de surnaturel
- une traduction-adaptation soignée, supervisée par l'auteur
- un ensemble tendre et humain sur la découverte du bonheur de vivre son quotidien
- les visages ont tendance à vite se ressembler d'un personnage à l'autre (quelques toutes petites faiblesses dans les personnages en cadre moyen, si on veut chipoter)
- si vous cherchez des gros monstres assoiffés de sang ou des héroïnes pulpeuses, c'est sûr que...

Au final, un manga émouvant, touchant et tendre contant la prise de conscience d'un homme face à sa vie qu'il négligeait, sa famille qu'il connaissait mal, son adolescence qu'il avit oubliée, la redécouverte du bonheur face aux choses simples, en somme...


Nombre de volumes lus: 2 au 11-06-2003
Retour liste manga


Coqueblin
12-04-2011
   Un pur chef d' œuvre que se Quartier lointain de Jiro taniguchi qui reste et restera un auteur majeur dans l'histoir du mangas

BenJsan
29-05-2008
   Ce manga est tout simplement magnifique et est une expérience à part entière, on ne cesse de se mettre à la place du personnage et se dire "Et si ça m'arrivait à moi aussi..." On se redécouvre autant soi-même que Hiroshi à travers son vécu et une palette d'émotions très réelles sans jamais tomber dans le fleur bleu barbant. Je les avais emprunté trois fois à la médiathèque et rien que d'en parler j'ai envie de m'y replonger, tiens si je me les achetais même. Vraiment un manga que je conseille si vous voulez vous échapper et vivre quelque chose d'intense et de beau jetez-vous dessus TOUT DE SUITE. J'ai craqué pour le personnage de Tomoko à chaque lecture.

Loulou
06-06-2006
   Chaque fois que je le lis, j'en pleure. C'est une histoire magnifique, très basée sur l'introspection, qui change énormément de l'image que l'on se fait en général des mangas. Il s'adresse à un public plus mûr, fait ressortir nostalgie et mélancolie. Bonheur complet!

Titie1
02-01-2005
   Une histoire pleine de sentiments où nous pouvons suivre un personnage principal un peu perdu et hésitant... La narration est bien menée et agréable à lire. Les dessins sont nets et reflète bien les sentiments des persos, l'histoire m'a beaucoup plue et je l'ai lu d'une traite avec bcp de plaisir. Nous nous contentons d'être de simples spectateurs, ce qui m'a parfois empêché de ressentir des émotions fortes liées à certains mangas, mais rien de gênant. Une œuvre d’une grande force.

Corwin
15-11-2004
   A lire absolument, vraiment. Ce livre est un joyau, une pure merveille... De le poésie à l'état pure.

http://pagesperso.laposte.net/musashi
Allez voir la section "Critique de livres"

Siw Lin
07-11-2003
   Ah en voila un manga inhabituel ! Comme le dit Morgan a la fin de sa chronique, "si vous cherchez des gros monstres assoiffés de sang ou des héroïnes pulpeuses, c'est sûr que..." et pourtant vous auriez bien tort de passer votre chemin ! :)
C'est un manga simple certes, sans action, mais tellement humain, tellement touchant... la narration est parfaite et en ce qui concerne les dessins, meme si c'est vrai que les personnages ont tendance a se ressembler, cela n'est pas trop genant pour la lecture...
En tout cas j'ai eu 1 agréable surprise avec ce manga, il faut vraiment le lire et en parler autour de vous ! ^^

Laure
29-08-2003
   Ce manga m'a beaucoup plu car c'est un manga peu commun. On y trouve beaucoup d'émotions et de sentiments. Après l'avoir lu on aurait tendance nous aussi à repenser à des moments du passé. Amateur de changement, jetez vous dessus!

Herbv
07-08-2003
   Je viens de terminer le tome 2 de Quartier Lointain. Je dois dire que si j'avais beaucoup aimé le tome 1, j'ai adoré le tome 2.

En fait, une fois passé la mise en place de l'histoire, des personnages, une fois passé la partie humoristique (tout en subtilité, je vous rassure) liée aux quiproquos d'une personne renvoyée dans son passé et aux décalages que cela induit, toute la force dramatique de l'histoire nous prend aux tripes en se centrant sur le père. La progression de l'histoire, toute en tranquillité et en justesse, même si elle débouche sur une fin très classique, m'a vraiment transporté. Taniguchi sait nous plonger dans un univers réaliste, arrive à éveiller en nous nostalgie, émotions (joie et tristesse sans verser dans le rire gras ou le pathos), nous fait rêver et nous questionne : si nous avions la possibilité de changer notre vie, aurions-nous le courage de la saisir ? Et doit-on changer notre vie au prix d'un grand égoïsme ou doit-on se sacrifier au profit des autres ? Cette dernière question est importante dans une société japonaise en crise, bien plus solidaire traditionnellement que nos sociétés occidentales à l'égoïsme exacerbé.

J'ai particulièrement apprécié la fin, classique, sans réel coup de théâtre, tranquille, ouverte... Un très belle fin, comme on avait eu l'occasion de le dire sur le forum à propos de Maison Ikkoku, une histoire s'achève, la suite n'appartient qu'à notre héros et à lui seul. En tout cas, c'est une histoire très forte et très simple à la fois, un pur moment plaisir comme la lecture peut apporter avec certains chefs-d'oeuvre.

Kyoshiro
12-06-2003
   J'ai beaucoup aimé ce manga que j'ai commencé à lire en vitesse parce qu'il ne me disait pas grand chose, et j'ai fini par l'acheter pour pouvoir le relire à volonté tellement la lecture en est plaisante. Comme d'habitude il n'y a pas grand chose à ajouter à la critique de Morgan mais j'aimerais insister sur le fait que ce manga a quelque chose de "dérangeant". L'irruption d'un évènement si improbable dans une vie on ne peut plus classique m'a captivé, et le talent de l'auteur fait que l'on est complètement immergé dans l'histoire, sans vraiment se demander ni comment ni pourquoi ce changement subit.

Un grand manga, extrèmement bien adapté... à conseiller à tout le monde!!

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga