Plutôt que d'en rester à quelques allusions disséminées dans le texte principal sur les Minamoto et les Taira, la densité et la quantité d'informations et de détails qu'on trouve dans les volumes 7 et 8 de Phénix d'Osamu Tezuka (disponibles chez Tonkam) me poussent à y consacrer une petite page spéciale.

Phénix est à la base LA saga épique d'Osamu Tezuka, souvent présentée comme son oeuvre ultime. Comptant 12 volumes (11 dans l'édition française, Tonkam ayant jugé le 12ème volume, regroupant des travaux plus anciens de Tezuka, non nécessaire), cette fresque philosophique, hymne à la vie, utilisant le mythe du Phénix, l'oiseau qui renaît de ses cendres et dont le sang apporterait la vie éternelle, navigue au fil des volumes parmi de nombreuses époques, allant de la création de la Terre aux temps futurs en passant par le Japon de l'ère Yamato.
Les volumes 7 et 8 se concentrent donc sur la lutte entre les Taira et les Minamoto. L'histoire commence en 1172, alors que Taira no Kiyomori est au pouvoir et que les Minamoto survivants des guerres d'Hôgen et d'Heiji pansent leurs plaies et préparent leur vengeance qui s'accomplira dans un bain de sang.
Tezuka met en image d'une manière extrêmement détaillée cette partie de l'histoire du Japon et y insère avec habilité la légende du Phénix, amenant les hommes de pouvoir à courir derrière toujours plus de puissance, derrière la vie éternelle. Voilà quelques petites références historiques:

L'EMPEREUR RETIRÉ
Phénix 7 page 242: Shukan reçoit l'empereur retiré Shirakawa Phénix 7 page 244: L'empereur retiré Shirakawa
On parle souvent d'empereur retiré. C'est ce qu'on appelle l'insei. C'est l'empereur Shirakawa qui mit en place cette pratique en 1087 afin d'affaiblir le pouvoir des Fujiwara, alors très présents à la cour impériale et régnant quasiment à sa place. L'empereur alors en place se retire dans un monastère, un autre empereur est nommé mais c'est l'empereur retiré qui garde en fait le pouvoir. La particule -in est ajoutée à la fin de son nom pour indiquer son statut d'empereur retiré. Le système s'arrêtera quand les Minamoto prendront le pouvoir mais l'idée fera son chemin. Ainsi les Ashikaga au XVème siècle utilisèrent le même procédé: Ashikaga Yoshimitsu, alors shôgun, se retira en 1395 en faveur de son fils mais il garda tout de même une partie du pouvoir, notamment du côté des relations avec la Chine. De même, Tokugawa Ieyasu quitta le poste de shôgun en 1605 en faveur de son fils Hidetada mais celui-ci n'eut vraiment le pouvoir qu'à la mort de son père en 1616.

LE COMPLOT DE SHUNKAN
Phénix 7 page 112: Shukan explique à Myô-un pourquoi les Taira doivent être renversés selon lui Phénix 7 page 244: Shukan prépare son complot lors d'une réunion secrète Phénix 7 page 250: Shukan quitte Myô-un après avoir tenterd e le rallier à sa cause, sans succès... Phénix 7 page 286: Taira no Kiyomori vient d'être prévenu du complot qui se trame contre lui, il envoie tout de suite ses troupes arrêter les dissidents
Shunkan, religieux bouddhiste, demande à Myô-un, supérieur de la secte Tendai, de l'aider à renverser Taira no Kiyomori. En effet, Shunkan appartient à la famille Minamoto. Mais le complot qu'il avait mis au point avec l'empereur retiré Shirakawa ayant été découvert, il fut condamné à l'exil dans une île de la baie de Kagoshima en 1177.

ANTOKU, L'ENFANT-EMPEREUR
Phénix 7 page 161: Taira no Kiyomori explique à sa fille Tokuko ce qu'il attend d'elle auprès de l'empereur: un héritier... Phénix 8 page 201: La nourrice d'Antoku, l'enfant empereur et petit-fils de Kiyomori, se jette à l'eau avec l'enfant lors de la bataille de Dan-no-ura
Tout comme les Fujiwara à leur époque de grandeur, Taira no Kiyomori veut s'approcher au plus près de l'empereur en mariant sa fille Tokuko à Takakura Tennô (l'empereur de l'époque, donc), dans le but d'y gagner un héritier de son sang sur le trône. Ce sera chose faite en 1178 quand Tokuko accouchera d'un fils, Antoku. Mais celui-ci, à l'âge de 7 ans, mourra noyé à la bataille de Dan-no-ura remportée par les Minamoto quand sa nourrice se jettera dans les flots en le portant dans ses bras. Tokuko survivra à cette bataille et se fera religieuse bouddhiste.

BENKEI LE COLOSSE
Phénix 7 page 62: Myô-un, alors à Kyôto, sauve le jeune Benta descendu de sa montagne contre la violence des soldats Phénix 7 page 113: Myô-un explique à Kakuyû qu'il est en train d'écrire un roman et qu'il a enfin trouvé son héros qu'il appellera Benkei Phénix 7 page 122: Benta devient Benkei...
Dans le manga, le supérieur de la secte Tendai établie dans le temple Enryakuji, Myô-un, rencontre Benta à Kyôto. L'étonnant personnage du bûcheron lui donne l'idée d'écrire un roman dont le héros serait un religieux brutal, un colosse du nom de Benkei. On retrouve le personnage de Benkei effectivement dans de nombreux récits sur les Taira et les Minamoto: un bouddhiste d'une force extraordinaire vaincu par Minamoto no Yoshitsune (que le Benta du manga rencontre au temple du mont Kurama où le jeune homme a été élevé), devenu son serviteur et qui se suicidera à la mort de son maître.

TOBA KAKUYÛ
Phénix 7 page 121: Myô-un montre à Kakuyû ses dessins caricatures animales de la société humaine Phénix 7 page 121: Il demande à Kakuyû de signer à sa place Phénix 7 page 121: Le voeu de Myô-un a été exaucé, ces dessins ont survécu jusqu'à nos jours...
Tezuka nous montre le supérieur du temple Enryakuji Myô-un, en train de peindre sur des rouleaux des dessins humoristiques raillant la société des humains sous la caricature d'animaux. Il demande alors à Toba Kakuyû, autre religieux, de signer à sa place. Et effectivement, l'histoire retiendra Toba Kakuyû comme l'auteur de ces dessins, intitulés Chôjû Giga, même si certains doutent qu'il ait été le seul à y travailler...

MINAMOTO NO YOSHITSUNE
Phénix 7 page 136: L'ermite de Kurama, appelé le Tengu par ses protégés, présente Ushikawa à Benta Phénix 8 page 9: Ushikawa, redevenu Minamoto no Yoshitsune, est hébergé chez Fujiwara no Hidehira, attendant l'heure de sa vengeance contre les Taira Phénix 8 page 266: Yoshitsune périra pourchassé par les troupes de son frère Yoritomo, devenu shôgun après la défaite des Taira
Ushikawa s'appelle en fait Minamoto no Yoshitsune, demi-frère de Yoritomo, fils de Yoshitomo. Il a été élevé au temple du mont Kurama par des religieux (la légende dit que ce seraient des Tengu, démons du panthéon bouddhiste experts en génie militaire, qui lui auraient enseigné leur secrets de combat et de stratégie). Il était accompagné lors de ses campagnes contre les Taira par un religieux-brigand du nom de Benkei (chez qui on reconnaît donc Benta le bûcheron). Son génie tactique permettra à son demi-frère de gagner le pouvoir. Celui-ci le lui rendra bien mal puisqu'il le fera pourchasser et assassiner.

KIYOMORI ET GIÔ LA DANSEUSE
Phénix 7 page 203: Taira no Kiyomori explique à Obou qu'il a jadis aimé une danseuse nommée Gyô... ... comme nous le raconte un vieux troubadour dans le volume 2 d'Ikkyû
Taira no Kiyomori, apprenant la réelle origine de sa concubine préférée, lui avoue avoir un faible pour les filles du peuple, lui parlant de son amour de jadis pour une danseuse du nom de Gio. Cette histoire n'est pas sans rappeler la chanson du vieux troubadour qu'Ikkyû entend, contant la vie des deux soeurs Giô et Ginyo, danseuses favorites de Taira no Kiyomori avant de se faire chasser par une rivale...

TAIRA NO MUNEMORI
Phénix 7 page 90: Taira no Munemori aperçoit la jeune Obou sur le point d'être exécutée... Phénix 7 page 91
Le premier membre de la famille Taira à découvrir Obou qui va être exécutée s'appelle Taira no Munemori. Fils de Kiyomori, il prendra la tête du clan à la mort de son père et participera à la bataille de Dan-no-ura après avoir fui Kyôto en emmenant le petits Antoku, son neveu et jeune empereur. Il sera finalement capturé (comme d'ailleurs signalé dans le rapport que reçoit Yoritomo à la fin de la bataille de Dan-no-ura dans Phénix 8) et exécuté, Yoritomo refusant de le recevoir.

TAIRA NO TOMOMORI
Phénix 8 page 182: Taira no Tomomori sur un des bateaux de la flotte Taira juste avant la bataille de Dan-no-ura, avec auprès de lui Antoku, le jeune empereur (et son neveu) Phénix 8 page 201: Tomomori sait que la fin des Taira est proche après leur défaite à Dan-no-ura...
Lors de la bataille de Dan-no-ura, Taira no Tomomori, quatrième fils de Kiyomori, périra en se jetant dans les flots. Son histoire fera l'objet de pièces de Nô (forme aristocratique du théâtre dansé et chanté) et Kabuki (théâtre populaire), Funa Benkei.

KISO YOSHINAKA ET TOMOE GOZEN
Phénix 8 page 64: Kiso Yoshinaka Phénix 8 page 117: Yoshinaka refuse que sa compagne Tomoe Gozen l'accompagne lors de sa prochaine bataille... Phénix 8 page 125: Yoshinaka et Tomoe, ensembles sur le champd e bataille, juste avant qu'il se fasse tuer...
Kiso Yoshinaka est en fait un Minamoto, frère (ou cousin, selon les versions) de Yoritomo et Yoshitsune. Il fait fuir les Taira de Kyôto qui emportent alors Antoku, le jeune empereur. Il tue le supérieur Myô-un du temple Enryaku-ji. Mais il finit pourchassé par Yoshitsune sur les ordres de Yoritomo, car étant un peu trop puissant. Il semblerait qu'il fût tué par une flèche alors qu'il comptait se faire seppuku.
Sa compagne s'appelle Tomoe Gozen. Elle est devenue une véritable légende vivante de par son courage et sa force, étant selon "Le dit de Heike" une des rares femmes samouraïs qui combattit aux côtés de son compagnon sur les champs de bataille, aussi douée avec un arc qu'avec une nagitana (hallebarde japonaise dont on la voit se servir dans Phénix 8 page 121). Elle survécut à son compagnon, peut-être est-elle devenue religieuse bouddhiste ou mariée. Légende ou fait réel ? Rien n'est vraiment sûr...
A noter que le dessinateur Stan Sakai explique que le personnage de la guerrière chatte Tomoe Ame dans sa BD Usagi Yojimbo est directement inspiré de Tomoe Gozen.

TAKEDA SHINGEN
Petite digression historique comme se plaît Tezuka à en faire, jouant sur les anachronismes avec malice: mention de Takeda Shingen par les compagnons de Benta pendant la bataille de Dan-no-ura. Takeda Shingen ne naîtra qu'en 1521 (soit 336 ans plus tard), deviendra un daimyô (seigneur de larges territoires et avec de nombreux vassaux) puissant et mourra en s'opposant (avec succès d'ailleurs) à Oda Nobunaga.

Toutes les images ci-dessus sont © Tezuka / Tonkam et ne servent ici qu'à aider à une meilleure compréhension de l'oeuvre Phénix.
La source principale des explications données est "Le Japon, Dictionnaire et civilisation" de Louis Frédéric Editions Robert Laffont.


Retour à la chronique Shôgun