Les séries qui récoltent une voix chacune
Cinq séries ont pu compter sur un juré pour voter pour elles.
L'académie Alice de Tachibana Higuchi (Glénat)
Herbv, en grand sentimental qu'il est, a craqué pour ce titre : "À la fois dénonciation du système éducatif japonais et histoire romantique, L’Académie Alice bénéficie d'une interaction entre les protagonistes extrêmement touchante et d'une imagination débordante mais gérée de façon "réaliste" dans la variété des pouvoirs des personnages."
L'attache cœurs de Mick Takeuchi (Taifu Comics)
Encore Herbv, amateur des causes perdues comme toujours, qui défend bec et ongles cette série : "Excellente surprise que ce shôjo manga qui mélange avec réussite action, magie traditionnelle (onmyoji) et romance."
Kylooe de Little Thunder (Kana)
Il n'aura fallu qu'un volume sorti de cette série made in China (de toute beauté, soit dit en passant) pour que Taliesin fonde : "Kylooe vous plongera dans un décor aux couleurs psychédéliques accompagné d'une sorte de gros bonhomme poilu tout blanc. Un véritable petit bijou graphique pour une belle évasion loin d'un quotidien ennuyeux."
Martin & John de Park Hee Jun (Samji)
Taliesin revient à l'attaque cette fois-ci pour défendre un manhwa : "Martin & John et son ambiance très particulière qui donne l'impression de planer. On ne sait jamais trop sur quel pied danser, on ne comprend parfois pas trop l'histoire, mais le découpage de Park Hee Jung à lui seul vaut le coup d'oeil. Les histoires sont variées et on peut préférer une partie par rapport à une autre mais globalement, cette ambiance si étrange est toujours là. La narration est particulière, parfois confuse, mais c'est aussi ce qui donne tant de charme, de personnalité, de cachet à la série."
Tango d'Est Em (Éditions H)
Et Taliesin en remet une dernière couche : "Tango car c'est vraiment LE yaoi à lire si on cherche un peu d'originalité. Le dessin de est em possède beaucoup de force et d'expression. Des histoires matures, dans un quotidien avec des hommes qui se lient et qui se séparent, très naturellement. Et à côté de cela, Est Em nous montre un petit aperçu d'une autre facette, plus onirique et poétique. Un one-shot que je recommande plus que chaudement."