>>> Retour à l'index <<<

LE PALMARÈS 2006

LONGS MÉTRAGES

LE CRISTAL D'ANNECY
RENAISSANCE de Christian VOLCKMAN (France, Royaume-Uni, Luxembourg)
Sur les 5 longs métrages en compétition, je n'en ai vu que 3, les deux japonais et Wallace et Gromit lors de sa sortie au cinéma. Il me semblait en tout cas évident que le gagnant serait soit la production Aardman soit Renaissance. Je vois la victoire de ce dernier comme un encouragement à la création francophone, montrer qu'on peut exister dans l'animation sans être américain ou japonais...

COURTS MÉTRAGES

LE CRISTAL D'ANNECY PRIX TPS CINECULTE POUR UN COURT MÉTRAGE
HISTOIRE TRAGIQUE AVEC FIN HEUREUSE de Regina PESSOA (France)
Un court métrage que je n'ai pas vu...
PRIX JEAN-LUC XIBERAS DE LA PREMIÈRE OEUVRE MENTION SPÉCIALE
DELIVERY de Till NOWAK (Allemagne) RABBIT de Run WRAKE (Royaume-Uni)
Pour une 1ère oeuvre, il est clair qu'on se trouve là face à quelque chose de très intéressant., notamment de par son ambiance (chronique du mardi) Le 2nd court que j'ai vu dans ce Festival, et voilà un souvenir plutôt marquant ! Une oeuvre totalement décalée qui fait forcément réagir de par son surréalisme et son style, entre éducatif et trash (chronique du lundi)
PRIX DU PUBLIC PRIX SPÉCIAL DU JURY PRIX FIPRESCI
DREAMS AND DESIRES - FAMILY TIES de Joanna QUINN (Royaume-Uni)
Voilà un triple prix amplement mérité tant on se retrouve là face à un court amusant, rythmé, techniquement original (chronique du lundi)
PRIX DU JURY JUNIOR POUR UN COURT MÉTRAGE PRIX UNICEF
ONE D de Michael GRIMSHAW (Canada) CHERNO NA BYALO de Andrey TSVETKOV (Bulgarie)
Un court qui avait failli ne pas être sélectionné et pourtant... Un court hilarant, original, parodiant allègrement l'animation en général, prônant la 1D face au tout pouvoir du 2D et 3D... (chronique du mardi) Un court simple mais intelligent, sur la difficulté d'être différent dans un monde qui n'accepte aucune alternative. Un prix Unicef donc tout à fait logique... (chronique du mardi)

SÉRIES TV

LE CRISTAL POUR UNE PRODUCTION TV PRIX SPÉCIAL POUR UNE SÉRIE TV
POCOYO "A LITTLE SOMETHING BETWEEN FRIENDS" de David CANTOLLA, Guillermo GARCIA (Espagne, Royaume-Uni) ZOMBIE HOTEL "FIRST DAY" de Luc VINCIGUERRA (France, Irlande)
Je n'ai vu qu'une séance de films de télévision et ces deux films n'en faisaient pas partis...

SPÉCIAUX TV

PRIX POUR UN SPÉCIAL TV
PETIT WANG de Henri HEIDSIECK (France)
Ben pas vu non plus...

FILMS ÉDUCATIFS, SCIENTIFIQUES OU D'ENTREPRISE

PRIX DU FILM ÉDUCATIF, SCIENTIFIQUE OU D'ENTREPRISE
THE BIRDS & THE BEES - A SECRET YOU SHOULDN'T KEEP de Young Jin KWAK, Young Beom KIM (Corée du sud)
Je ne suis pas sûre qu'il y avait beaucoup de films éducatifs, etc. en compétition. En tout cas, rien d'étonnant à voir celui-là gagner, le sujet était super casse-gueule (une petite fille abusée par un adulte et qui n'ose pas en parler, se laissant bouffer petit à petit par sa culpabilité et sa peur), parfois traité un peu maladroitement (le générique de fin). Et puis je ne l'ai vu qu'en anglais non sous-titré, ça n'aide pas... (chronique du lundi)

FILMS PUBLICITAIRES

PRIX DU FILM PUBLICITAIRE OU PROMOTIONNEL
MÉDECINS SANS FRONTIÈRES " HUMAN BALL" d'Andreas HASLE (Belgique)
Un film fort sur les ravages du Sida en Afrique, un sujet dont on nous parle régulièrement sans que jamais on ne prenne vraiment conscience du drame... Avec ce flm très efficace et parlant, partant d'une excellente idée, on ressent beaucoup mieux les choses...

VIDÉOCLIPS

PRIX DU MEILLEUR VIDÉOCLIP
THOMAS FERSEN "HYACINTHE" de Sébastien COSSET, Joann SFAR (France)
Je n'ai vu aucun clip cette année, tous étant regroupés en une seule séance

FILMS D'ÉCOLE ET DE FIN D'ÉTUDES

PRIX DU MEILLEUR FILM D'ÉCOLE OU DE FIN D'ÉTUDES PRIX SPÉCIAL DU JURY
ASTRONAUTS de Matthew WALKER (Royaume-Uni) WALKING IN THE RAINY DAY de Hyun-myung CHOI (Corée du sud)
N'ayant vu aucun film de fin d'études, je n'en dirai rien.
MENTION SPÉCIALE PRIX DU JURY JUNIOR
ABIGAIL de Tony COMLEY (Royaume-Uni) EGO de Louis BLAISE, Thomas LAGACHE, Bastien ROGER (France)

Voilà, ça y est, la 30ème édition du Festival International du film d'Animation d'Annecy s'est terminée. Et je ne sais pas quoi en penser... Entre exaltation et frustration, comme souvent.
Exaltation d'avoir pu prendre ma dose d'animation annuelle (car en dehors de cette petite semaine, pour voir de l'animation au delà des blockbusters, c'est vite limité...), d'avoir pu profiter un peu de l'ambiance bon enfant et chaleureuse, d'avoir pu découvrir encore des techniques, des images, des idées, des points de vue de divers univers.
Dreams and Desires - Family tiesFrustration de n'avoir pas pu voir plus de séances même si à 3 par jour, je sais que je ne tiens pas longtemps (2, c'est bien mais ça limite ce qu'on peut voir). Si seulement ils ne mettaient pas les longs métrages à 18h au théâtre... Frustration d'avoir dû beaucoup m'éloigner de ce théâtre pour justement contourner ces problèmes de plannings, sachant que seules les séances au théâtre sont vraiment animées. J'ai un peu eu l'impression de passer à côté de quelque chose. Frustration de ne pas pouvoir sélectionner certaines séances du fait de mon statut d'abonnée, comme les conférences ou la séance Tim Burton du samedi matin là où les accrédités pouvaient les réserver des semaines à l'avance (c'est super de médiatiser la venue de Tim Burton... alors que le grand public ne pouvait que difficilement accéder à la séance à laquelle il assistait).

CarsUn peu déçue également par le côté tapageur des avant-premières américaines (Monster house, Cars) avec leurs Men in black et leur paranoïa (compréhensible en ces périodes de frénésie d'anti-piratage mais bon...) alors qu'on a eu droit à la simplicité chaleureuse de l'avant-première d'Azur et Asmar, pourtant totalement éclipsée, même pas présentée au théâtre...
Je suis de même plutôt sortie perplexe sur ma projection de Cars à la technique incroyablement réaliste et bluffante mais dont j'ai trouvé le scénario insipide, cliché et limite niais alors que tout le monde l'encense comme le chef d'oeuvre ultime de Pixar (quelque chose me dit que si c'était Disney qui avait directement fait ce film, les critiques auraient été moins dithyrambiques... mais je dois être mauvaise langue !).

OtomiDu côté des courts métrages, peut-être moins d'enthousiasme que les années précédentes mais j'ai pu tout de même découvrir des films originaux, intéressants, parfois drôles, parfois touchants, parfois profonds, parfois légers (et quelques daubes, aussi, pour rehausser le goût des autres). Cela reste assurément la catégorie la plus intéressante du Festival.
La sélection des longs métrages m'intrigue (17 étaient en course, je serai curieuse de connaître leurs titres) surtout quand on voit ce qu'en dit une des membres du comité de sélection "Nous avons eu du mal à trouver de bons films ; nous sommes déçus par le manque de choix." (dixit Emmanuelle CHEVALIER). C'est certainement la catégorie Reine du Festival mais rarement enthousiasmante finalement...
Pas de regret pour ma part du côté des films de télévision dont j'ai appris au fil des éditions à éviter les séances pour enfants, ce genre de films étant toujours forcément ultra-formaté aux exigences des chaînes, toujours frileuses... Cela ne veut pas dire que la qualité ne sera pas là, juste qu'elle sera moins évidente.
Dommage de ne jamais vraiment pouvoir voir les films de fin d'étude mais le planning aide rarement pour ça... Quand on voit déjà la qualité des films des Gobelins en début de chaque séance, on se dit que la relève est bel et bien là et que l'animation peut avoir de beaux jours devant elle.
Je n'aurai pas spécialement été passionnée par les thèmes de l'édition, comme "Quand l'animation rencontre le vivant" (proposant notamment des films déjà vus les éditions précédentes) ou l'Italie en pays invité...

Azur et AsmarPour une 30ème édition, j'ai trouvé que cela manquait quand même de festif, peut-être est-ce juste une impression. Mais je crois que l'organisation est encore un peu à revoir pour l'année prochaine vu la difficulté même pour les accrédités d'obtenir des places.
A noter par contre la chance monstrueuse du Festival, parvenant à s'offrir une semaine entière de beau temps, sans une goutte de pluie ni un orage ni même ce fameux vent du nord qui nous aura gelé les os la semaine précédente. Il doit y avoir un dieu de l'animation qui veille sur Annecy et qui doit être copain avec le dieu de la météo...
Enfin bon, ça manquait un peu de panache (à moins que ce soit moi qui manquais de motivation ?) même si des images me resteront en mémoire : les confidences de Never Like the First Time !, les sifflements d'oiseau de Cherno na byalo, le mariage catastrophe de Dreams and Desires - Family Ties, la parodie de One D, le Japon d'Otomi, la poésie colorée de Printed Rainbow, etc. L'avant-première d'Azur et Asmar. Les deux longs métrages japonais dont je continue de me demander ce qu'ils faisaient en compétition même s'ils restaient plaisants à regarder (enfin, Origine sent vraiment trop le film de commande où il manque la patte d'un auteur qui aurait peut-être donné un scénario un peu plus valable et intéressant).

OrigineAlors, c'est vrai que je râle beaucoup sur le fait que Festival n'est pas vraiment ouvert au grand public à qui on réserve surtout la séance gratuite du Pâquier le soir. En dehors de ça, on ne peut pas dire que ce grand public soit pris en compte. Ma râlerie est surtout fruit de cette omniprésente frustration (je suis une éternelle insatisfaite), celle de ne pas pouvoir vraiment m'immerger dans le Festival car ayant toujours cette impression de devoir rester en retrait sous prétexte que je n'ai ni carte de presse ni diplôme dans l'animation, juste une simple envie de ne pas en rester aux quelques longs métrages qui atteignent la grande distribution des complexes de cinéma.
Mais au final, ce grand public, en a-t-il seulement quelque chose à faire, de l'animation ? Soyons lucides, s'il n'y a rien à la TV sur le Festival d'Annecy, hormis quelques émissions tardives, c'est que personne ne regarde ! Regardons les forums, dont certains très actifs, parlant d'animation, qu'elle soit japonaise ou non : les sujets sur le Festival d'Annecy sont-ils très actifs ? Oh que non… (Et je ne parle même pas de la vingtaine de personnes qui suit ces chroniques quotidiennes, sisi, une vingtaine par jour selon les stats Online).
Le grand public en reste majoritairement à " L'animation ? Les dessins animés vous voulez dire ? Mais c'est pour les gosses, j'ai passé l'âge ! ". Bon, déjà, l'animation, c'est loin de n'être que du dessin animé, une simple séance de quelques courts métrages montre déjà toute la diversité des techniques possibles… Quant à l'âge des spectateurs… Certaines séances du Festival sont déconseillées aux moins de 15 ans : ça veut tout dire, non ?
Au fil des séances, j'en vois quelques autres, des comme moi, avec leur petit badge sans couleur (car chaque catégorie de public à sa couleur : vert pour les organisateurs, jaune pour les pro, bleu pour les étudiants, rose pour les invités, etc.), les abonnés du grand public qui viennent se régaler les mirettes pendant une petite semaine. Nous sommes quelques-uns à vouloir voir en l'animation autre chose que les Disney et autres grosses productions. Mais sommes-nous suffisamment nombreux pour montrer un réel engouement du grand public ? J'en doute fortement… Alors, c'est déjà bien de pouvoir en profiter un peu, ce n'est déjà pas si mal…

Et on verra ce que nous réservera l'année 2007 en espérant que je puisse de nouveau y participer... En attendant, on va devoir subir un mois de ballon rond, ô joie...