Mardi 4 juin 2002, second jour...

Longue, longue journée aujourd hui... Mais des plus intéressantes... Que je vous raconte...

9h50, Centre Bonlieu...
Ce matin je dois voir le premier long métrage en compétition, à savoir "Tristant et Iseut" de Thierry Shiel (2001). Bon il est à peine 10h, la séance commence dans 30mn, je vais un peu m'occuper... Tiens pour changer, un tour à BDFugues où le libraire a eu la bonne idée de me réserver la dernière Tonkam News. C'est utile d'être une habituée :) Ouf il fait beau, 20° c'est agréable...

10h10, Théatre...
N'ayant vraiment rien d'autre à faire, je me scotche dans la file d'attente. Ah ok, je me suis gourrée de file j'étais dans la file pour aller chercher ma contremarque (si j'ai bien compris il y en a plein qui ont juste leur carton d'accréditation et tous les matins, ils font la queue pour chercher leurs contremarques pour toutes les séances de la journée... vu que moi avec mon abonnement je devais de toute façon choisir à l'avance ce que j'allais voir j'ai déjà tout...).
Ok, je change de file et j'attends. Je vois que je ne suis pas la seule un peu paumée, vu qu'un américain me demande si son accréditation lui suffit pour la séance, eh non, mon gars, faut que t'aille chercher ton ticket.

10h30, Théatre...
Ca y est je suis installée, aie pas de bol, je suis juste sous les enceintes... Déjà une sacrée ambiance, et les avions décollent... Comme la veille je m'en reprends un dans la tronche (je les attire c'est pas possible :)). Bon le film commence.
Oulala, il est bizarrement dessiné et animé. Les fonds et décors sont plutôt sympas, très style contes de fée, à la Disney quoi. Mais les personnages sont franchement bizarres. A ce que j'ai compris ils sont en 3D ordinateur et aplatis en 2D... Ouais ben ça rend pas terrible :) Les personnages ont la démarche robot de la 3D, et s'intégrent mal aux décors. Enfin bon...
Niveau histoire, on est clairement pour un DA pour enfants... Non pas que ça me dérange, mais vu que 99,9% de la salle doit avoir au dessus de 10 ans forcément, le côté guimauve, bons sentiments et chastes baisers, ça a forcément entrainé des fous rires... Ambiance bonne enfant en tout cas, même si on a certainement ri à des moments où ce n'était pas du tout prévu...

13h40, Théatre...
Juste eu le temps d'acheter un sandwich et de faire un rapide passage chez moi, me voilà déjà de retour au théatre, cette fois ci pour suivre un programme de film de télévision. On se remet dans la file d'attente...
14h, me voilà installée en bout de rangée, ouf de la place pour mes jambes :) De nouveau l'ambiance est à son comble, la lutte est enragée... et enfin un avion atteind la scène sous les applaudissements du public. La salle est pleine, et la projection commence par la désormais célèbre bande annonce du lapin ("Le lapin, le lapin...") coursé par les boules bleues du festival (ououououououh hurle la salle, en choeur avec les boules bleues :)). Puis une petite bande annonce créée par des étudiants des Gobelins de Paris, très bien fichue et drôle (la veille on avait déjà eu une autre bande annonce des Gobelins).
Nous voilà partis pour 77mn de films de télévision, 8 films en tout:
- Kaput et Zösky, de Didier Loubat (France/Canada - 8 mn 15) (dans le générique il m'a semblé voir le nom de Lewis Trondheim...). L'histoire de deux zigotos aux rêves de grandeur qui veulent asservir une planète peuplée d'ânes, donc forcément bêtes... Très drôle et cynique, on ne sait pas trop qui est le plus bête :)
- Le nuage bleu, de Sandor Jesse (Allemagne - 6mn 21). Un petit film sympa, l'histoire d'un nuage bleu qui n'en fait qu'à sa tête et qui finit par se sacrifier pour sauver les humains de la guerre. C'est mignon et plutôt bien fait.
- Croque canards, de Walt Kubiak (USA - 12 mn 7). Bon pas de bol c'est en anglais sans sous-titres mais fort heureusement on suit sans problème les dialogues. Un canard qui vit dans un monde où les canards ne savent pas voler mais qui lui fait rêve d'agiter ses petites ailes pour décoller. C'est de l'animation 3D par ordinateur, c'est très bien fait, drôle.
- Baballe, de Charlot/Canis (France - 6 mn 3). Un film qui tombe très bien vu qu'il parle de foot :) Trois copains qui sont des fous de foot, et qui voient tout par le foot. C'est très drôle surtout à cette époque de l'année, que ce soit la visite au marabout pour trouver le score d'un match ou le clash entre la génération images autocollantes panini et génération pokemon :) (à noter on peut reconnaitre parmi les 3 compères la voix d'Emmanuel Curtil, bien connu pour être la voix française de Jim Carrey, ou Chandler dans Friends).
- The crown and sceptre, de Maria Muat (Russie/Grande-Bretagne - 13 mn). Décidément on a décidé de me faire bosser mon anglais aujourd hui. Mais on comprend tout sans problème. La fable d'un mendiant qui par sa gentillesse devient riche. Le tout raconté grâce à des marionnettes, c'est vraiment très bien fait, très beau.
- Jack Palmer "Filature", de Bretaudeau/Vinciguerra/Pétillon (France - 2 mn 45). Les aventures de Jack Palmer dont on se demande comment il a pu devenir détective privé tellement il est mauvais. Ca passe le temps...
- Capelito "Daddy", de Rodolfo Pastor (Espagne - 5 mn). En pâte à modeler, la vie de Capelito le champignon qui change de chapeau en bougeant son nez. OK, dit comme ça, ça paye pas de mine, et c'est vrai qu'au début, c'est un peu ce qu'on se dit, même si c'est plutôt bien fait. Mais petit à petit, ça devient plutôt drôle, surtout quand Capelito se retrouve avec plein de poussins sur les bras, qui le prennent tous pour leur maman... Enfin très sympa quoi :)
- Samurai Jack (épisode 7), de Genndy Tartakovsky (USA - 23 mn 54). C'ets une série produite par Cartoon network, je ne sais pas si elle est diffusée en France. L'histoire d'un samourai qui se retrouve dans une autre époque à cause du méchant de service et tente de revenir chez lui. Dans cet épisode, il doit affronter 3 archers. C'est plutôt bien fichu, même si un peu lent à la détente, mais visiblement ça avait des fans dans la salle :) Qui encourageaient Jack à chaque action :) Enfin plutôt marrant :)

15h30, sortie du théatre...
Bon il est encore un peu tôt pour refaire la queue pour la séance de 16h, surtout qu'il faut déjà un certain temps pour que la salle se vide... Je fais un p'tit tour (très petit le tour parce que Bonlieu, c'est quand même pas super grand, surtout avec autant de monde à l'intérieur :)). Pour la trentième fois de la journée je rentre dans BDFugues (pas ma faute, l'entrée est à côté de l'entrée du théatre :)), mais vu que je connais par coeur chacun des manga sur les étagères et que niveau BD je manque de sous, ben le tour manque un peu de surprise (à part que le libraire va finir par croire que je fais des repérages pour un casse, vu qu'il me voit à longueur de temps depuis 2 jours... et c'est pas fini :D).

15h55, entrée du théatre...
Ca fait 15 mn maintenant que je poireaute dans une chaleur assez étouffante à 10 m de l'entrée de cette fichue salle... Moi qui n'aime pas la foule je suis servie :)
La raison ? Dans 5 mn doit avoir lieu une sorte de conférence avec 3 personnes du monde de l'animation: Pete Docter, réalisateur de Monstres & cie, Chris Wedge et Carlos Saldanha, réalisateurs de Ice Age (sortie le 26 juin). Alors forcément la salle est comble. Même en étant entrée assez vite, je remarque que beaucoup de sièges sont déjà pris. Sur la scène ont été installés une petite table et 4 fauteuils, pour les 3 réalisateurs et Shelley Page qui sera l'animatrice. Ambiance toujours autant survoltée, on a même droit à des hurlements. Serge Bromberg, directeur artistique du festival (qu'on peut retrouver également sur france 5 me semble t'il, enfin je ne sais pas si c'est encore le cas, je regarde rarement la tv :)) arrive sur scène pour donner les consignes (pas de caméras, pas d'enregistrements) et faire monter les 3 invités, chose difficile vu qu'il arrivait à peine à se faire entendre tellement certains hurlaient (surtout qu'il s'est aussi mis à hurler en rigolant, ça n'aide pas :)).
Finalement les 3 invités et l'animatrice montent, sous un tonnerre d'applaudissements. Ils s'installent, tous très cools, Pete Docter en bermuda, chemise et baskets, les 2 autres en jean. Hop, un p'tit coup de pub, ils sortent leurs portables apple :)
Et donc c'est parti, pendant deux heures, ils vont nous parler de leur réalisation, nous montrer des croquis, des ébauches de films, les différentes étapes de certaines scènes, nous parler de tout le cheminement pour en arriver là... C'est dense, et pas simple vu que tout est en anglais (décidément c'était ma journée :)). Ok je l'ai découvert à ce moment-là (pas futée la fille), et j'ai aussi vu que certains avaient un petit appareil qui leur permettaient d'entendre la traduction simultanée (je savais même pas qu'on avait droit à ça...). Alors j'ai pas tout tout suivi bien sûr, pas tellement par manque de compréhension, ça allait à peu près, mais juste par manque de concentration, dur de tenir 2h :) J'aurais bien pris des notes mais dans le noir et en essayant de comprendre ce qu'ils disaient, pas facile :)
Enfin bon, c'était vraiment intéressant, assez exceptionnel pour moi d'assister à ça, ils semblaient en plus très passionnés par leur travail, et étaient bien partis pour en parler pendant des heures et des heures... A noter une petite vidéo de 7 gags que Pete Docter nous a montrée, gags réalisés par les animateurs en plein délire, assez hilarants, où encore le travail sur des scènes de Ice Age, la scène telle qu'elle était prévue au début, et la scène finale qui finalement n'est plus du tout la même :)
Finalement à 17h50, la séance s'est terminée par deux questions du public (mais là j'avoue j'ai décroché :)), et après de nouveaux applaudissements, on a retrouvé l'air de la surface :) Beaucoup de monde, difficile de sortir, et moi vannée d'être quand même restée près de 6 heures dans ce théatre aujourd hui... Je me rentre tranquillement... Je sens que les courts métrages de 18h vont tous passés à la trappe pour moi :)

A demain pour la suite (si j'y survis :))