Edito du dimanche 30 juin 2002:

Revenir au menu précédent

Pour bien démarrer l'été, en plus des couleurs estivales du site (j'espère que vous aimerez), voici un nouvel édito... Mais pas un édito comme les autres vu qu'il ne sera pas écrit par moi (qui a dit ouf ???). J'inaugure donc l'édito sous forme de billet d'humeur, dont l'auteur n'est autre que l'initiateur de cette idée, Hervb, que les habitués du forum connaissent bien... Je vous laisse donc apprécier sa prose, rendez-vous le mois prochain pour peut-être un nouveau billet d'humeur d'un internaute...

"Je lisais dernièrement les posts du topic " Halte au massacre ! " sur le groupe de discussion fr.rec.anime (qui a dérivé sur la future sortie du manga Bersek chez Dynamic par la suite). Toutes ces discussions entre intégristes du manga et de la japanimation (ce n'est pas le cas de tous les intervenants mais c'en est pas loin) m'ont fortement inspiré pour cet édito.

Mangas : De la difficulté de concilier l'exigence des fans avec les impératifs commerciaux des éditeurs

A chaque annonce de la publication d'une nouvelle série francophone, les forums sont envahis de questions existentielles telles que : Quel sera le sens de lecture ? Quel sera le nom des personnages ? Quelle sera la couverture ? Comment seront les onomatopées ? ...

A chaque sortie d'un nouveau volume présentant un défaut, ces mêmes forums vont regorger de remarques, de critiques, de levées de bouclier, ...

Parcourir les forums (surtout ceux des éditeurs), c'est trouver des critiques définitives telles que Glénat c'est nul, Tonkam c'est des amateurs, Kana met trop de temps à publier ses séries, Génération Comic c'est trop cher, ...

Et on ne parlera pas de telle ou telle série demandée à corps et à cri dans nos contrées francophones.

Pendant ce temps là, les éditeurs continuent leur petit bonhomme de chemin : Bakayaro fait toujours les onomatopées pour Glénat qui ne fait toujours pas de jaquette. Kana sort toujours plus de séries et les délais entre chaque volume s'allonge, le sens de lecture européen reste plus fréquent que le sens de lecture japonais, certains personnages se retrouvent affublé du nom qu'ils avaient dans la série télé française au lieu de leur nom japonais, ...

Que doit-on penser de tout ça ? Les éditeurs se fichent-ils du monde ou les mangafanatiks sont-ils trop exigeants ?

En fait, il faut garder à l'esprit que le marché du manga en Europe est un petit marché. Il n'est en rien comparable à celui du Japon, voire celui des Etats-Unis. De plus, il est fragmenté en marché franco-belge, italien, allemand et accessoirement espagnol.

Un tirage, c'est 10 à 50 000 exemplaires, pas plus. Et tout ne sera pas vendu, il faudra gérer les retours ce qui coûte très cher à l'éditeur. De plus le public visé n'est pas un public à fort pouvoir d'achat. La plupart des acheteurs sont lycéens, étudiants ou viennent juste de rentrer dans la vie active.

En conséquence, il ne faut pas que la fabrication d'un manga coûte cher et que les délais de parution soient courts. Les éditeurs ne peuvent pas investir beaucoup dans la série, il faut la rentabiliser rapidement.

Pour illustrer mes propos, je vais prendre l'exemple du sens de lecture, c'est à dire du problème du retournement des planches

Pour le fan, la question ne se pose même pas : il faut garder le sens de lecture japonais. Il n'y a rien de plus ridicule que de voir un personnage qui dit " tourne à droite " et de voir le véhicule dans lequel il était tourner à gauche, ou voir un personnage se tenir le côté droit de la poitrine avec le bras gauche quand il a été atteint en plein cœur.

Le problème est que le sens de lecture des textes en occident est de la gauche vers la droite et se retrouver avec une disposition des cases de la droite vers la gauche avec un texte qu'on lit de la gauche vers la droite génère une gène qui pourra, même inconsciemment, rebuter les lecteurs occasionnels de manga, voire même faire fuir les lecteurs de BD occidentales (mainstream franco-belge ou comics). Même parmi les lecteurs de mangas, une majorité préfère une version occidentale au respect de la version originale.

Or nous sommes en face d'un marché étroit où l'éditeur, s'il veut gagner de l'argent, doit ratisser le plus large possible. Donc, et c'est la politique de Glénat qui a expliqué plus d'une fois sa position, l'éditeur retourne les planches pour que le sens de lecture des cases soit le même que celui des textes. Et tant pis pour le problème des situations ridicules. Pour éviter ce problème, certains éditeurs (comme Casterman et parfois Tonkam) inversent les planchent puis retournent à nouveau certaines cases. Le problème est que cela génère un grand travail de PAO et cela revient cher.

Mais même dans ce cas, les mangafanatiks trouverons à redire : la coiffure de tel ou tel personnage change d'orientation, un coup le volant de la voiture est à gauche, un coup il est à droite, ... Il suffit de voir le nombre de posts sur le forum de Tonkam à propose de la réédition Deluxe de Video Girl Aï pour s'en rendre compte. Personnellement je n'ai vu aucun des problèmes évoqués lorsque je l'ai lu. Je lis un manga pour apprécier l'histoire et le dessin, pas pour le décortiquer case par case.

Mais cela ne doit pas les absoudre de l'exigence de qualité que tout consommateur est en droit d'attendre.

Il y a eu dernièrement quelques problèmes fameux qui sont inexcusables comme Maison Ikkoku 6, Cobra volume 20, etc... Il y a les problèmes récurrents comme les mauvaise traductions, les nombreuses fautes de frappe et d'orthographe qui parsèment les textes en français, les reports continuels des sorties pour certains volumes, etc ....

On peut considérer que le marché du manga en Europe est encore trop jeune, pas assez développé (mais le sera-t-il un jour ?) pour pouvoir générer suffisamment ventes. Or ce sont ces ventes qui déterminent le chiffre d'affaire des maisons d'édition. Et quand on sait que les marges dans l'édition sont très faibles, il faut faire un très grand chiffre d'affaire pour pouvoir investir dans un travail professionnel.

Ces fondamentaux économiques ne peuvent pas être contournés et voilà pourquoi je pense que tout ces débats sont assez stériles. D'un autre côté, si on accepte tout, on se retrouvera avec un niveau de qualité équivalent aux DA du clubs Do, c'est à dire un véritable massacre qui dénature complètement l'œuvre originale.

Et voilà que je risque de relancer à nouveau ce débat sur ce site alors que je viens de dire que je le pensais stérile. Que l'être humain est empli de contradictions ;)

Herbv "