Edito du dimanche 29 mai 2005:

Revenir au menu précédent

Bon, je reviens d'une journée au plein air de la campagne, avec quelques coups de soleil sur les épaules, une allergie qui fait s'accumuler les mouchoirs usagers partout sur mon passage, donc ne bavardons pas et lançons direct l'édito de ces deux prochaines semaines: la mystérieuse Lamu nous fait un premier constat du débarquement du josei dans nos contrées...
A noter que du 6 au 11 juin, ce sera le Festival d'Animation d'Annecy et qu'il y a des chances que j'en sois de nouveau...


"Ces deux derniers mois auront été assez riches en sorties s'adressant à une certaine partie des lectrices mangas, je veux parler des femmes adultes. Pendant longtemps, nous avons été oubliées et des titres s'adressant spécifiquement à notre tranche d'âge étaient plus que rares. De quel type de mangas je veux parler ? De ceux racontant une histoire d'amour, une vraie, complète et complexe. Pas quelque chose de fantasmé (les yaoi), de platonique (les amours de lycée) ou sirupeux (tel Mint na bokura). Pendant des années, on n'a eu que deux seinen dont le premier est pratiquement introuvable (Asatte Dance et Maison Ikkoku) pour nous montrer une image de femme amoureuse mais indépendante, aussi bien sur le plan des émotions que sur le plan sexuel. Le sexe et les interrogations qui y sont liées étaient bien présents et traités sur un mode plutôt réaliste… Enfin, pouvons-nous dire ! Et puis est arrivé Nana, bien qu'étant un shôjo. Son succès a-t-il servi de révélateur ? Son côté réaliste de la vie amoureuse de deux jeunes femmes a peut-être bien réussi à montrer que le marché était prêt à recevoir des œuvres s'adressant aussi aux femmes et non plus principalement aux jeunes lycéennes. Depuis, ce serait presque la déferlante, même si tout n'est pas du même niveau de qualité. Au moins, il y a de quoi satisfaire les goûts variés de chacune (et même de chacun) entre les josei, les seinen et même certains shôjo écris par des mangaka femmes chez les différents éditeurs de mangas francophones.

En ce mois de mai, je remercie Asuka pour ses deux collections de josei (Ladies et Yuri) et Sakka pour ses seinen parlant tout particulièrement aux femmes. Dernièrement, nous avons eu la sortie de Body & Soul chez le premier nommé et Everyday de la talentueuse Nananan chez le second. Même si ça n'est pas avec la même qualité, les deux traitent du même sujet : la peur de la solitude et la recherche de l'amour par une femme adulte et son épanouissement aussi bien mental, intellectuel que physique. D'autres éditeurs ont intégrés des titres josei (ou shôjo adultes) dans leur collection comme Pika avec Happy mania. Mais, et c'est là une nouveauté très intéressante car cela renvoie une image plus libérée de la femme, toute une série de mangas est arrivée montrant des jeunes femmes libérées sur le plan sexuel. Il y a tout d'abord Akata/Delcourt. Cela a commencé de façon assez soft dans la collection Sakura avec les mangas bourrés de sensualité de Mari Okasaki (ahhhh le boxeur de BX) pour évoluer de façon plus explicite avec Initiation dans la collection Johin. Et il y a aussi Ai suru hito de Génération Comics qui inverse de façon humoristique certains codes sexuels. Et sur un plan plus "sage", n'oublions pas l'arrivée prochaine de Kimi wa pet, un josei attendu par beaucoup d'entre nous. Bref, après qu'il n'y en ai eu que pour les shônen, après l'arrivée des shôjo, des seinen, voici le tour des josei et, franchement, qui s'en plaindrait vu l'image plutôt positive (et souvent plus réaliste) des femmes qui y est véhiculée.

Lamu"