Edito du dimanche 24 août 2003:

Revenir au menu précédent

Août se termine, ça sent la rentrée pour pas mal d'entre vous (pleurez, pleurez, je profite de mes petites 2 semaines de vacances)... Et pour en terminer avec cet été, c'est au tour de Sojiro cette semaine de nous proposer sa prose. Bonne lecture et bonne rentrée ;)

"Victime de multiples pressions exercées par une Herbe plutôt verte, je me vis, un jour, incomber la lourde tache de rédiger cet Edito du 24 août. Ce billet d'humeur aura pour objectif de vous faire partager mes opinions sur les différentes évolutions des mangas au fil des tomes. Il se peut que mes propos ne soient pas partagés par tous mais je les assume entièrement.

Entrons directement dans le vif du sujet !
D'une manière générale, je trouve que la plupart des séries s'enlisent assez rapidement pour passer du statut de "série intéressante" à celui de "série passablement médiocre et redondante". En fait la quantité de tomes n'est pas à proprement parler révélateur de la qualité d'un manga mais plutôt du succès qu'il rencontre au sein du public.
Les mangaka font certainement leur travail par passion mais certains y mettent plus de convictions que d'autres (oui il y aura des noms :)). Si une série marche très bien, cela dégage de nombreuses retombées financières et je suppose qu'il est particulièrement tentant pour un auteur de vouloir la faire perdurer le plus longtemps possible. Mais malheureusement cela se fait souvent au détriment de la qualité de la série en question qui commence à montrer des faiblesses déjà au niveau du scénario (à la base conçu pour tenir sur une poignée de tomes). La seule progression indiscutable se situerait plutôt du coté des dessins qui s'affinent logiquement au fil des tomes (Hunter X Hunter et Yûyû Hakusho étant certainement deux cas à part…). Pour appuyer mes propos je vais maintenant citer quelques mauvais élèves.

Tout d'abord, je pense que la palme du "manga le plus lourd" peut être attribuée à Détective Conan de Gôshô Aoyama. Pourtant tout partait bien, avec une idée de base intéressante (un lycéen détective qui rajeunit grâce à un mystérieux médicament) mais cela a tourné assez rapidement en une succession d'énigmes n'ayant rien à voir avec la trame principale de l'histoire. La multiplication des histoires sans intérêt a finalement réussi à me faire décrocher au tome 32 alors que la série, pas encore achevée, en compte déjà plus de 40 au Japon. Il est difficile de comprendre l'intérêt que peuvent lui porter les japonais, tant les situations s'y révèlent répétitives et sans lien réel avec le scénario en lui-même. Enfin celui qui doit être content c'est son auteur, qui continue de publier de nouveaux tomes à un rythme effréné. C'est un comportement regrettable mais cela est peut être induit par les réalités du "marché"…
Yûyû hakusho est une série au moins aussi remarquable dans le sens où le scénario doit tenir sur, à peine, une ligne… Et pourtant ce manga aura connu 19 tomes. Heureusement, son auteur, Yoshiro Togashi semble prendre un nouveau départ avec Hunter X Hunter (enfin pas au niveau du dessin, toujours aussi approximatif). Il y a cette fois plus de variétés dans les actions avec, notamment, un scénario à tiroirs plutôt bien mis en scène.
Dans un style un peu différent, le manga "Kenshin" mérite lui aussi de figurer parmi les mauvais élèves. En fait pour cette série, je condamne juste la volonté de l'auteur, Nobuhiro Watsuki, de l'avoir prolongé au delà du tome 17 (mort de Shishio) qui aurait du être, à mes yeux, une conclusion parfaite pour l'histoire (jusque là parfaitement cohérente). En s'éloignant de plus en plus de l'esprit "Samourai", Nobuhiro a dénaturé cette saga mais cela n'aura pas été sanctionné par le public (les ventes semblaient baisser mais pas de manière significative).

Heureusement qu'il y a des auteurs qui prennent des risques et qui savent se remettre assez rapidement en question. Avec "Monster" et "20Th Century Boys", Naoki Urasawa détient là deux perles qui tranchent singulièrement avec les séries plus classiques ou aucune innovation n'est à attendre. Il est juste à souhaiter que son auteur saura arrêter à temps 20th Century Boys (comme il a su le faire pour Monster) en évitant de tomber dans un certain train-train qui pourrait être néfaste au scénario de cette série.

Il était impossible d'énumérer ici tous les auteurs avec leurs œuvres, et il est certainement probable que mes exemples ne soient pas jugés comme étant assez représentatifs du marché actuel (Yûyû Hakusho commençant quand même à dater J). Ce qu'il faut retenir c'est que je trouve le milieu des mangas assez morose et qu'il y a beaucoup de séries à succès qui manquent clairement d'originalité en s'appuyant sur des concepts déjà vus et revus. Les séries qui perdurent ne sont pas toujours de qualité et le scénario du départ s'effiloche souvent lentement au cours de leur évolution.

Si les mangaka doivent prendre des risques, il en est de même pour le consommateur qui se doit, de temps à autres, d'acheter du "nouveau" ne serait-ce que pour découvrir de nouveaux styles et élargir un peu son champs de vision.

A bientôt,
Sojiro"