Edito du dimanche 21 septembre 2003:

Revenir au menu précédent

Il se trouve que je n'ai rien à dire en ce dimanche après-midi ensoleillé. Mais rien de rien. J'aurais pu vous parler des splendides mangas sortis cette semaine, mais voilà, je ne les ai même pas encore sous la main alors... Donc la seule chose qu'il me reste à faire, c'est de vous souhaiter bonne lecture de l'édito concocté cette fois-ci par Mini-L. Sinon, à part ça, comment ça va, vous ?

"Coucou à tous !

Après que plusieurs personnes m'aient encouragée (longuement je dois le dire ^^) me voici moi aussi chargée de la rédaction de l'édito de Mangaverse pour la toute première fois. Pour une débutante comme moi, trouver un sujet à la hauteur des précédents éditos ne fut pas facile (du tout). Mais à la suite de certains événements, et après avoir tourné puis retourné mon cerveau, j'ai décidé de parler du sentiment des parents, c'est-à-dire s'ils approuvent ou non la passion de leurs enfants pour les mangas.
1. En premier, il y a bien entendu les parents qui approuvent et participent à cette passion : ils sont généralement des fans ayant été initiés au monde du manga par leur(s) enfant(s) ou vice versa.
2. Ensuite, viennent les parents qui ne s'y intéressent pas du tout et n'y prêtent, donc, aucune attention.
3. Et enfin, n'oublions pas ceux qui désapprouvent (totalement ou non) ce centre d'intérêt. (ce qui n'empêche pas de continuer en cachette ! ^^)

Je pense (mais c'est mon avis) que les deux derniers cas sont les plus courants. En effet, les parents n'acceptent pas facilement cette passion dévorante ^^, en oubliant même qu'ils ont été enfants, et que dans leur jeunesse les leurs ne devaient être ni pires, ni meilleures. Mais le signaler ne changera probablement pas leur avis. En fait, le problème est ailleurs : je crois que l'opinion des parents est plus importante lorsque leurs enfants dépendent encore financièrement d'eux, car, lorsqu'on est indépendant et qu'on gagne sa vie, on n'a pas ce problème et c'est nettement plus simple ! (parce que les mangas, c'est tout de même pas donné alors l'argent de poche est toujours la bienvenue. ^^) Les parents, qui n'accueillent pas cette passion à bras ouverts, bronchent à l'idée d'acheter « ces trucs-là qui coûtent si chers et qui ne servent à rien ». Quant à ceux qui ne s'y intéressent pas, ils ne se demandent pas où passe tout l'argent de poche ce qui permet de continuer sans contraintes (sauf bien entendu le jour où ils se posent la question et aperçoivent l'armoire bourrée de mangas.=> ensuite voir le 3ème cas).

Ce qui incite le fait que les parents s'y opposent, est aussi le problème de l'image du manga depuis son arrivée en France. En effet, lors de l'arrivée des séries japonaises en France vers les années 1988-89, les mangas n'étaient pas très bien vus par la critique. On associait souvent au mot « manga » deux extrémités : soit la violence (depuis la diffusion de « Ken le survivant »), soit les mangas de la jeunesse (comme « Candy »). Aujourd'hui même, cette image du manga est restée gravée, mais, pour moi, tout est relatif. Certains mangas sont très violents mais il existe certaines BD qui sont tout aussi violents ou même plus ! Donc lorsque des parents, avec des préjugés plein la tête, feuillettent par hasard un manga appartenant à leur(s) enfant(s), et qu'ils tombent (manque de bol !) en pleine scène de combat (qui n'est malheureusement pas le meilleur passage à montrer lorsqu'on veut prouver que « les mangas c'est pas violent ».), on est à moitié sûr qu'ils concluent d'office que « Les mangas c'est violent. Point final. ». Et je trouve cela réellement dommage pour les parents mais surtout pour l(es) enfant(s).

Cet édito a pris un p'tit air de coup de gueule et j'en suis désolée ! Mais il fallait que je dise tout ça. (n'est-ce pas Papa et Maman ! ^^) Pour finir, je crois que le plus important c'est de lire ce que l'on aime alors merci d'avoir lu jusqu'au bout et VIVE LES MANGAS ! ^^

Mini-L"