Edito du dimanche 19 novembre :

Revenir au menu précédent

Le double édito d'Alan Smithee rejoint donc les archives tandis que michael s'attaque à son... euh... 8ème ? édito sur Mangaverse. Un record, mine de rien (voilà un éditorialiste motivé :)). Je vous laisse donc en sa compagnie tandis que j'essaie d'avancer sur mon spécial Décembre'06... Ca va être très très juste niveau timing...

"Un nouvel édito qui ne racontera pas d’histoire et qui ne cherchera pas à être original à tout prix pour essayer de tenir au mieux le rôle qu’il s’est assigné : être une sorte de « vitrine » qui rendra hommage au site sur lequel il sera pendant une quinzaine.


Bref. Je me suis récemment demandé ce qui faisait que je suis toujours à fréquenter presque quotidiennement les pages de mangaverse et celles du forum après plusieurs années… Amusant, les réponses se sont confondues à celles d’une autre question : grâce à quoi prends-je encore du plaisir à lire des mangas ?

Le soucis d’exigence d’abord, souvent confondu avec une forme « d’élitisme », qui fait que si on lit à plaisir, on est pas prêt à lire n’importe quoi pour autant, et on est surtout prêt à argumenter un tantinet le pourquoi du comment (voir la qualité des chroniques dans la rubrique manga du site ainsi que le niveau générale des interventions du forum). Ce n’est donc pas parce qu’on aime un auteur ou une collection en particulier qu’on va dire amen à tout, loin de là, pas le temps pour ça.

Ensuite, le deuxième élément, indissociable du premier, est une ouverture d’esprit qui se retrouve résumée au mieux par la jolie formule que l’on peut lire sous la bannière de notre site : la curiosité n’est pas un défaut. Curiosité qui fait que nos centres d’intérêt sont multiples et que l’on ose parfois flâner en dehors de nos goûts habituels pour se permettre de dire : ça j’aime, ça j’aime pas.
Je vais prendre un exemple qui fait peur à cause du phénomène d’otakisme de masse au dernier degré qu’il peut générer : Naruto. Alors qu’on a parfois honte d’affirmer qu’on a lu la chose et qu’il est de bon ton de la descendre en flèche, j’avoue : j’ai emprunté, j’ai bouquiné, j’ai adoré.
Que ça plaise à des ados qui ont pour seul argument « naruto c d la bal tro fort mdr lol » et si c’est une série qui a indéniablement des défauts et tombent à un ou deux moments dans le travers, soit d’être trop « démonstratif » au sens shônen du terme, soit d’être axé sur des scènes de fight vides (partie de la poursuite après les hommes d’Orochimaru notamment), elle s’avère excellente, voire passionnante lorsqu’elle atteint son véritable rythme. Outre les personnages réussis, cela vient surtout d’un univers dense et riche, et d’une gestion de l’intrigue par le père Kishimoto qui est loin d’être maladroite. Je ne ferai pas davantage de pub à cette série déjà suffisamment victime de son succès comme ça, surtout qu’il y a tout de même d’autres choses à lire, mais je suis tout de même content d’avoir été au-delà de l’image que j’avais de cette série…

La curiosité n’est définitivement pas un mauvais défaut (comme nous le rappellera l’excellent film le goût des autres en ce lundi 20 novembre sur les ondes hertziennes), ayez-vous aussi le réflexe mangaverse touch !

michael"