Edito du dimanche 17 décembre :

Revenir au menu précédent

Voilà sans doute un des derniers éditos mis en ligne sur Mangaverse... Histoire de (presque) finir l'année 2006. Après tout, en 4 ans et demi, plus de 110 d'éditos auront défilé et c'est l'instigateur de cette rubrique qui va sans doute y mettre un point final. Il ne reste plus qu'à trouver son remplaçant. Des propositions ?
Bonne lecture et Joyeux Noël...


"Lire et surtout parler d'un manga n'est pas si simple qu'il y paraît. En effet, apprécier ou pas, domaine qui peut sembler purement subjectif, la lecture d'un titre peut-elle se baser sur de bonnes ou de mauvaises raisons ? Y a-t-il de bonnes et de mauvaises façons de lire, d'apprécier, de détester un manga ? Peut-on se contenter de ne rechercher que du divertissement ou doit-on essayer de dépasser une lecture au premier degré pour aller rechercher la " substantifique moelle " de l'œuvre ? Et si on veut y réfléchir un peu ou en parler ensuite, peut-on simplement se limiter lister ce qu'on a aimé / détesté en donnant quelques raisons ou doit-on se demander pourquoi on a réagit comme ça, s'il n'y avait pas moyen d'apprécier autrement l'œuvre ? Doit-on faire preuve d'introspection pour mieux comprendre ce qu'on a lu ? Doit-on déconstruire le travail du mangaka ? Peut-on y voir des notions que l'auteur n'a pas intégrées consciemment ? Mais si on analyse, que va-t-il rester de la spontanéité, de la joie, de l'énervement, donc des l'émotions ? Du plaisir de lecture ?

Une seule certitude, la démarche de se demander pourquoi on a aimé ou détesté, rechercher les raisons de ce ressenti en soi, chercher à comprendre ce qu'a voulu dire l'auteur, même s'il ne semble pas y avoir de message apparent, analyser les techniques utilisées pour le dessin, la narration afin de dépasser le " c'est bô ", juger de la qualité de réalisation du manga, assimiler des notions étrangères comme la dualité honne / tatemae, comprendre ce qui est réellement derrière un phénomène comme l'ijime demande énormément de travail et de temps pour acquérir des clés de compréhension, des connaissances aussi diverses qu'en histoire, en géographie, en économie, en sociologie, etc. Mais aussi, effectuer un travail sur soi afin de comprendre pourquoi on aime ou on rejette telle ou telle chose pendant sa lecture. Tout le reste n'est que questionnement, remises en question, recherche et tâtonnement… Tout le reste ? Non, il y a une autre certitude, celle de la stupidité contenue dans la formule " Mais ce n'est que du manga ! "

En effet, si on a tout à fait le droit de ne rechercher que du divertissement en lisant des mangas, il faut le faire l'esprit éclairé, en sachant que même le plus basique des titres met en œuvres de nombreux mécanismes complexes tenant, entre autre, à la personnalité du lecteur, à celle de l'auteur, aux conditions économiques de l'édition aussi bien au Japon qu'en Francophonie, etc. Ensuite, il faut être bien conscient que ce qu'on a pu aimer ou détester n'est pas applicable à tout le monde, que ce qu'on apprécie peut déplaire à d'autres et vice-versa. A l'inverse, si on adore réfléchir sur ses lectures, si on pense que cela apporte un plaisir supplémentaire, que cela permet de s'enrichir personnellement, il faut tout le temps rester humble, éviter les affirmations à l'emporte pièce, les généralisations abusives. Il est nécessaire d'être rigoureux, surtout si c'est pour en faire état par la suite dans une chronique ou dans un message sur un forum. Surtout, il faut se dire que lecture divertissante ou lecture analytique ne sont pas opposées, qu'on peut très bien pratiquer les deux ainsi que toutes les positions entre ces extrêmes et que toutes méritent respect et compréhension.

Herbv"