Edito du dimanche 13 juin 2004:

Revenir au menu précédent

J'allais tranquillement éteindre mon PC, en me disant que décidément, j'avais un truc à faire ce soir, quand la lumière se fit: j'avais oublié un certain édito... Mais oui, bien sûr, le fameux édito de Vash sur les meuh, celui que tout le monde attend depuis des mois ! Et donc, le voici, bonne lecture.
PS: le boeuf dans Fruits basket, ça compte pas ?


"Depuis quelques année, une nouvelle passion me coûte beaucoup d´argent. Je veux bien sûr parler de celle des mangas. Mais elle ne me prend pas tout mon argent. NON !!! Une petite passion subsiste chez moi et résiste à ce rouleau compresseur: c´est la passion des meuhs (des vaches pour ceux qui ne suivraient pas) et depuis tout petit, je me construis une collection qui grandit au fil des années. J´avais proposé dans mon ancien edito un texte sur les meuhs et bien le voici. En effet, depuis que les mangas sont entrés dans ma vie, je me suis toujours demandé pourquoi ces animaux y étaient si peu présents... Je vais tenter d´y répondre en nous plongeant au coeur des fermes japonaises :)

La première chose quand on parle d´agriculture japonaise, c'est bien sûr du riz. En effet le Japon est, avec la Chine et l´Inde, un des pays les plus connus en matière de riziculture mais l´ouverture des marchés risque de toucher ce marché. En effet, le prix du riz japonais est supérieur au cours international, alors le gouvernement garde une certaine emprise sur les frontières pour éviter que le cours du riz ne chute dû à l´ouverture des frontières, ce qui poserait alors un problème vis à vis des agriculteurs. Il y a eu le même problème en Europe mais Bruxelles ne s'est pas soucié de ses agriculteurs et a ouvert grand les frontières aux pays de l´Est, ce qui a provoqué une chute des prix. Et l´agriculture japonaise ne suffit plus à faire vivre le pays, les surfaces exploitées ne sont pas assez grandes. De plus, les exploitations ne permettent pas de faire vivre l´agriculteur, 9 sur 10 sont obligés de prendre un métier en parallèle. Le Japon table tout sur son industrie car sa géographie ne lui permet pas de pouvoir développer son agriculture, c´est pour cela que les fermes ne sont pas aussi présentes dans les esprits que, par exemple, en France...

Le Japon compte 1.190.000 vaches laitières, les exploitations possèdent en moyenne 33 bêtes (c´est un peu plus que pour la France ) donc les exploitations sont de taille moyenne. Mais la production japonaise est trois fois moins importante que la production française (ce qui est normal pour un peuple de la mer et à la superficie peu importante). Le peuple japonais consomme peu de produits laitiers, ne débutant qu'après la deuxième guerre mondiale. En effet c´est à cause des américains que les japonais ont commencé à consommer des produits laitiers, ce qui était assez nouveau à l´époque .. Le Japon comptant peu de bovins, la production japonaise de lait et de viande est très restreinte, de plus la quantité de main-d'oeuvre nécessaire pour produire cette viande étant importante, toutes ces conditions rendent son prix élevé, ce qui en fait un produit de luxe et très apprécié… Mais qu’elle est cette mystérieuse viande ? Cela peut être le très connu "boeuf bière de Kobé". Le boeuf de Kobé est un met très prisé. A Paris, il se vend dans les 110 euros le kilo !!! Quel est le secret qui entoure cette bête pour que sa viande soit si chère ? C´est bien simple: trois litres de bières et un massage par jour, ce qui rend la viande tendre et persillée... Les japonais, pourtant un peuple de la mer, auraient-ils réussi à apprendre quelque chose à nous, peuple de la terre ? Il semblerait car des agriculteurs français se lancent dans le boeuf bière... une affaire à suivre.

Alors pour en venir a notre sujet qui nous intéresse... les vaches dans les mangas, pourquoi n'y-en-a-t'il que très peu ? On peut parler du seul cas que j´ai pu trouver : C´est dans Utena où Nanami reçoit une cloche qui fait changer sa personnalité, on peut penser que l´auteur veut donner une bonne image de la gent bovine car cet épisode donne une image plutôt sympathique des meuhs...

Mais pourquoi y-en-a-t'il si peu ? La première hypothèse est le fait que les dessinateurs sont nés dans des villes, donc ne connaissent pas cet animal. Mis à part le fait qu'ils ne le connaissent pas, ils ne le trouvent peut être pas esthétique. C'est vrai, une vache n'est qu'un animal assez gros qui se déplace sur ses quatre pattes et qui rumine ou mange tout le temps. Elle n'a rien pour elle mis à part le fait de donner du lait, mais comment traiter ça dans un manga ? C'est impossible, on peut tous mettre en doute le succès d'une série racontant les déboires des agriculteurs et son troupeau de 80 meuhs. De plus, la meuh n'a pas les atouts qu'il faut pour un manga d'action, tout d'abord, elle se déplace à quatre pattes, ce qui ne facilite pas l'usage d'armes telles que le pistolet ou encore le couteau. De plus son poids est important, ce qui n'est pas un avantage dans les courses poursuites à grande vitesse, et sa morphologie ne lui permet pas de pouvoir conduire une voiture ni de rentrer dans un cockpit d'avion... C'est peut être pour toutes ces raisons qu'il n'y a pas de vaches dans les mangas. On pourrait aussi parler du coté psychologique: la pensée principale d'une vache se résume à ça: MANGER, ce qui ne facilite pas la communication avec les autres personnages (vous me direz que dans Slayers, Lina a cette pensée en tête tout le temps aussi). Mais pourtant la vache est intéressante psychologiquement. En effet, vous n'avez jamais entendu parlé du syndrome de la meuh ?? C'est un syndrome très répandu qui pousse l'humain touché à se retourner vers le végétal. Oui, ce syndrome est plus connu sous le nom de végétarien mais à la base c'est le syndrome de la meuh (tous les plus grands savants vous le diront^^). Donc pour que des hommes reviennent au niveau bovin, il faut bien que les bovins aient quelque chose d'intéressant à nous offrir... L'amour des légumes peut-être mais, pour moi, cela restera un grand mystère.

Vash The Stampede"