Edito du dimanche 9 janvier 2005:

Revenir au menu précédent

Il y a quelques jours, sur un certain site, qui n'a d'ailleurs absolument rien à voir avec les mangas même de loin, le webmaster expliquait son rejet du mot fan. Fan alias fanatique, un terme qui exprime plus un certain extrêmisme dénué de tout avis critique et de tout recul. Un extrêmisme dont on peut espérer qu'il ne dure pas, à moins que cela soit pathologique, mais qui risque surtout, à force, de dégoûter de l'objet de son "idôlatrie". Avoir du recul et rester ouvert, c'est peut-être juste ça le secret pour trouver le bon équilibe et éviter tout ennui ou rejet. Et qu'en pense donc Herbv pour son 5ème (on va finir par ne plus les compter) édito ?
Tant que vous y êtes, cliquez donc sur la bannière du Bilan Manga 2004 si vous avez quelques heures à tuer et une folle envie de vous arracher les yeux à lire un texte bien long sur votre écran (c'est pas très attirant, dit comme ça...).
Et tant qu'on y est, Bonne Année 2005...


"
10 ans ! Le phénomène de l'usure appliqué aux mangas.


L'usure est la dégradation, l'altération, la fatigue qui s'applique à toute activité du fait du temps qui passe et elle s'applique aussi aux lecteurs de mangas. Quand il s'agit d'un objet, on peut le remplacer plus ou moins sans état d'âme. Mais quand il s'agit d'une passion ? Et plus précisément d'une passion comme celle qui habite nombre des lecteurs de mangas.

Actuellement, devant l'avalanche de titre et la saturation qu'un certain nombre de personnes semblent ressentir si on en croit certains échos sur le forum, on peut se demander si tout n'a pas une fin, la passion pour les mangas comme pour tout le reste. C'est que 10 ans de lectures répétées d'un médium aussi typé que la bande dessinée japonaise ne permet plus d'avoir le même état d'esprit, affectif et intellectuel, qu'à ses débuts. On ne peut plus se jeter sur tout ce qui bouge, s'évader à la simple vision d'images étrangères du fait du trop grand nombre de titres et du déjà-vu qui se répète de plus en plus. L'usure par le temps et par la répétition est impitoyable et inévitable. Mais est-ce réellement un problème ? Est-ce un mal ?

Au lieu d'être triste, il faut se réjouir de l'existence de l'usure et " always look on the bright side of life " (littéralement, toujours voir la vie par sa face brillante, ce que l'on pourrait adapter en " Toujours regarder le côté fleuri du chemin ") afin de ne pas la subir. L'usure est ce qui oblige au remplacement, au changement, à l'évolution. Et le moteur de ce renouvellement peut être la curiosité, celle qui pousse à toujours découvrir de nouvelles choses. Dans les mangas, ça pourra être la découverte de nouveaux genres, totalement inconnus dans nos contrées francophones ou tout simplement du lecteur, ce que les éditeurs semblent avoir compris comme nous pouvons le voir dans le bilan 2004 de Mangaverse avec la diversification de plus en plus importante de leur offre.

En conclusion, si vous voulez que votre passion pour les mangas soit aussi inoxydable que le site qui héberge cet édito, il vous faut savoir évoluer afin de contrecarrer les effets négatifs de l'usure. Ce sera grâce à la curiosité intellectuelle et une grande ouverture d'esprit qui est le credo de Mangaverse, à la recherche d'une nouveauté qui réparera les effets du temps qui passe. Cela peut aussi bien être Le livre jaune chez Sakka que Gals chez Glénat.

Herbv"