Edito du dimanche 8 septembre 2002:

Revenir au menu précédent

Et voici, tout bronzé, tout beau, le nouvel édito... Envoyé in extremis ce soir par MadRage, qui pour l'occasion, se lance dans un sujet fort complexe et intéressant pour qui ne s'intéresse à d'autres styles que le manga... C'est un sujet qui pourra d'ailleurs facilement ouvrir une discussion sur le forum... Bonne lecture à tout le monde...

Différences caractéristiques entre le manga et la bande dessinée franco-belge.

Bon, cette fois c'est moi qui m'y colle. Bien que je parle toujours vulgairement et que je n'apprécie pas le language de bourge (le français normal en fait), je vais tout de même l'utiliser pour une fois. Je pense que nous connaissons tous l'univers du manga mais quand est-il de son acolyte, la bande dessinée ? Je vais vous parler des caractéristiques propres au manga et à la bande dessinée afin de mieux dissocier leurs différences et leurs ressemblances.

Tout d'abord je voudrais souligner le fait que pour comprendre l'intégralité d'un manga, il faille connaître un minimum la culture japonaise. Par exemple au Japon, depuis toujours, l'érotisme, le sexe et l'homosexualité n'ont jamais été des sujets tabous comme en Europe. De même, les Japonais ont une peur maladive des fantômes ou encore un profond respect pout les personnes agées. Il est courant de voir ces sujets (ainsi que de nombreux autres) propres à la culture japonaise plus ou moins explicités dans les mangas.
Dans le cas de la BD, il n'est pas nécessaire de connaître une quelconque notion avant d'en lire une. Chaque BD est un peu une nouvelle aventure. Ce sentiment est moins vrai en ce qui concerne le manga puisque celui-çi est imprégné d'une seule et même culture et que le sentiment de déjà-vu se fait sentir régulièrement d'un manga à un autre.

En ce qui concerne le style graphique et la mise en page des planches, il y a des différences notables. Les planches de mangas ont des allures de story-board : chaque mouvement et chaque scène sont décomposés en un nombre important de cases afin de souligner l'action présente ou pour porter l'attention sur un sentiment précis d'un personnage. De plus, les limites des cases peuvent être franchies, notamment dans les scènes d'action. Ensuite, les personnages ont des gros yeux pour mieux exprimer les sentiments et le caractère des personnages : c'est le miroir de l'âme.
Les BD, quant à elles, rèspectent des règles différentes. Les planches sont exclusivements en couleur et les dessins ne sortent jamais des cases. La décomposition des scènes n'est pas de type story-board mais plutot de types roman-photo (moment par moment pour schématiser). Les personnages sont, pour la plus part, très caricaturés dans leur caractère ou héroïques.

Le manga et la BD sont deux mondes différents qui se doivent d'être découvert. Ils possèdent tous deux une richesse différente qui doit s'apprecier à sa juste valeur.

Cet édito est loin d'être exaustif, c'est plutôt une petite synthèse répondant au sujet énoncé et je vous laisse le soin de vous renseigner d'avantage sur ce thème.

Un petit clin d'œil à la bande dessinée…

MadRage