Edito du dimanche 5 septembre 2004:

Revenir au menu précédent

Pour ce premier édito de septembre, c'est au tour de beanie_xz, de passage à Pékin, de nous proposer une plongée dans le Monde Manga made in China. Histoire de garder en tête un petit morceau de vacances, beaucoup d'entre vous ayant peut-être fait leur rentrée scolaire ou boulot ces derniers jours. Pour ma part, je me remets au site petit à petit, avec nouvelles fiches, chroniques et agencement de certaines rubriques à la clé, tout en travaillant sur de peut-être futurs projets des mois à venir...

"Bonjour !!

Me voilà pour la première fois devant vous m'essayer à l'exercice périlleux de l'édito Mangaverse. C'est par un pur hasard de circonstance que je me retrouve là (enfin j'aime bien penser ainsi :P ). J'ai eu plusieurs mois pour y réfléchir, mais, comme à mon habitude, je n'ai commencé à écrire qu'à la dernière minute. J'espère que ma performance sera à la hauteur de mes prédécesseurs à ce poste. ^^;;
Je profite de mes présentes vacances en Chine, à Pékin/Beijing plus précisément, pour écrire sur un sujet tout trouvé : les manga-shops en Chine. Tadam ! Eh oui, cela regroupe justement quelques-unes de mes passions : les mangas, le shopping et la Chine. Bon, c'est vrai, rien de bien hors du commun, mais, à dire vrai, je ne savais vraiment pas quoi écrire là, dans cette chaleur et dans cette ambiance de glande totale. :P Allez, un petit dépaysement pour changer de votre quotidien !

A la recherche du manga-shop perdu !
Mon titre n'a rien d'exagéré. Sérieusement, ma mission, une fois établie, avait vraiment des échos de la quête du Graal. :P Pas impossible, puisque je me suis portée volontaire, mais semé d'embûches.
Il faut savoir que le marché du manga en Chine a déjà connu des hauts et des bas depuis mon premier contact avec ce médium. Dans l'ensemble, j'ai toujours eu les impressions de " marché noir " et " d'illégalité " associées avec l'image du marché chinois.
Dans mon souvenir, la japanimation est entrée en premier par le biais des petits écrans chinois dans les années 80 et 90, accompagnée bien sûr d'une première vague de mangas papiers traduits. A l'époque, à part des oeuvres " autorisées " comme Doraemon (des oeuvres pour enfants principalement), la plupart des mangas sur le marché provenait de Taiwan, de Hong Kong et de Singapour (ce que je résume en le " triangle des Bermudes de la piraterie en langue chinoise " :P). Le choix des oeuvres shôjo et shônen, trop " osées " pour la jeunesse communiste, ne laissait que peu d'oeuvres de qualité, juste quelques classiques comme Sailor Moon et Dragon Ball, noyés dans la masse. La faute revient à des titres piètrement traduits, du taiwanais principalement (et qui le sont toujours autant) comme : Chéri embrasse-moi, J'aime que les bad-boys (fidèle traduction de ma part de titres en chinois). Pas étonnant donc que, dans une société aussi traditionaliste et réservée que la société chinoise du continent, les mangas soient plus ou moins interdits. Pour résumer, le marché devenait très invisible à une époque des années 90. Mais il semblerait que l'avènement du nouveau millenium devrait apporter un nouveau souffle, surtout avec l'ouverture de chaînes télés jeunesses et de la promotion grandissante des talents locaux en bandes dessinées.

Pour en revenir à mon sujet premier, je n'étais pas très sûre de pouvoir trouver les manga-shops qui, à mon avis, étaient cachés dans l'underground pour ne servir que les vrais fans et parsemés un peu partout dans la ville (de Pékin/Beijing). Je n'en connaissais qu'un seul qui se proclame comme " le premier magasin de produits dérivés [de mangas] en Chine " et qui se paie une publicité permanente dans un magazine spécialisé en mangas et animés : Longyi Comics. Après une longue recherche sur Internet, j'ai trouvé l'adresse d'un " shop " près d'une grande université de la capitale et aussi un site plus complet d'un autre " shop ", Comic Cool qui fait partie d'une chaîne commerciale de libraires à travers le pays. Au total, j'ai obtenu trois adresses plus ou moins complètes.

Armée de cela et d'une carte de la ville, je suis partie à l'aventure. Je n'ai pu visiter que les deux magasins nommés ci-dessus mais j'ai pu constater le nombre grandissant de librairies et de grands magasins non-spécialistes qui proposent des mangas et des animés. On peut voir dans leurs rayons soit des mangas traduits " autorisés " (Détective Conan, Doraemon) ou " piratés " (publiés chez des petits éditeurs du " Mainland ", juste une réédition de la version HK ou Taiwanaise), soit des animes traduits " de qualité " comme Détective Conan, Sailor Moon, Hikaru no Go, les films Ghibli, Slam Dunk etc etc. Et en plus, j'ai trouvé un petit guide de shop persos à Pékin/Beijing qui donnent trois autres adresses de librairies spécialisées. Donc, il semble bien que le manga commence à se banaliser pour le grand public, même si les produits pirates occupent le marché à 90%.

Des deux magasins spécialisés que j'ai pu visiter en personne, je n'ai rien vu de très différent de ce que je connaissais déjà en Europe. Superficie réduite comme tous les " shop " à petit capital dans une grande ville à haute densité; et donc une impression d'entassement. De près pourtant, on constate une organisation soignée et détaillée pour tous les types de produits reliés aux mangas et aux animés (par ex. les posters, les stickers, les figurines, les magazines spécialisés, etc...). Le magasin se maintient, mais n'est pas à grand but lucratif puisque le groupe de consommateurs ciblé est restreint et pas très indépendant économiquement. Il s'agit donc un commerce plutôt à but bénéfique de fans pour fans.

Les deux " shop " ont aussi leur originalité. Longyi Comics se trouve sur une des rues les plus anciennes de la ville, une ruelle plutôt, où se trouve le Temple pour Confucius et l'ancien Hall d'Examens pour les étudiants des dynasties Ming et Qing. Un " shop " unique dans un endroit aussi insolite, baignant dans l'ambiance nostalgique de l'héritage historique : un si grand contraste entre deux générations de culture qui existent côte à côte. A l'opposé, Cool Comic se trouve juste dans le voisinage des grandes écoles qui sont regroupées au nord-ouest de la ville. Un " shop " plus grand, plus bruyant, qui inclut aussi un atelier pour fabriquer son propre objet dérivé préféré. Il y a aussi une petite terrasse pour boire un thé et lire sur place un manga à louer. Incontestablement visant les étudiants du voisinage et il semblerait que ce genre de commerce se porte plutôt bien. Louer est parfois une meilleure solution que acheter.

Par manque de temps (et peut-être aussi de paresse ^^ ;; ), je n'ai pas encore pu explorer à fond le monde du manga en Chine. Ah... le nombre de possibilités sans compter tous les magasins non-spécialistes et les magasins spécialisés en figurines à collectionner... Peut-être pour une prochaine fois.

Sur ce, bonne rentrée à tous ! Je vais pas tarder à reprendre une vie " normale " aussi. ;)

beanie_xz"