Edito du dimanche 3 avril 2005:

Revenir au menu précédent

Attention, amis lecteurs, je me dois de vous prévenir: l'édito qui suit a de hautes ambitions. Vous faire découvrir les chemins semés d'embûches de l'élitisme. Des chemins difficiles mais Laotzi va tenter de vous guider. Fans de second degré, d'auto-parodie (tous ceux qui ont déjà lu un des posts de Laotzi sur le forum comprendront !), soyez les bienvenus ! Pour les autres, euh... ce n'est que de l'humour, hein...
Mais qui que vous soyez, vous pouvez d'ors et déjà vous précipiter sur le Mangaverse Festival 2005, le vote est ouvert jusqu'au 30 avril !


"Chers lectrices, chers lecteurs, un certain nombre d'entre vous participent certainement à un forum de discussion, et, bien entendu, tout particulièrement, à celui de Mangaverse. Mais, au fil de vos messages, une question ne cesse, certainement, de vous titiller, voire de vous turlupiner. Plus que cela, même, vous ne dormez plus la nuit, vous ne pensez qu'à ça le jour (même en allant faire vos besoins naturels). Bref, cela vous obsède, vous hante, vous obnubile en permanence, au point d'en parler même avec votre chat ou avec la vendeuse de chez Gucci. De quoi s'agit-il ? De l'élitisme, bien sûr !
Oui, chers lecteurs, tout au fond de vous, vous avez toujours rêvé d'être élitiste : mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Cet édito va, modestement, essayer de vous pousser dans la voie ô combien gratifiante de l'élitisme. Car le chemin qui mène à la perfection élitiste est semé d'embûches, et ne se découvrira que pour les plus méritants d'entre vous. Mais une fois le sommet, que dis-je, le graal obtenu, vous ressentirez les mêmes sensations que lorsque le prince Siddhârta atteignit l'illumination, que lorsque Newton reçut une pomme sur la tête, ou encore que lorsque Herbv rencontra Morgan pour la première fois. Pour cela, il fallait donc concocter un petit guide pour l'apprenti élitiste.

Tout d'abord, il s'agit de choisir avec soin ses lectures. Débarrassez-vous tout de suite de vos Naruto, Love Hina ou autres bouses du même genre (l'élitiste n'hésite pas à mépriser ouvertement ce qu'il n'aime pas). Il convient de ne pas aimer ce qui est populaire et prisé par le bas peuple, et donc de rejeter avec force les mangas qui se vendent le plus. De même, les ouvrages qui sont de purs divertissements ciblant un public de gamins ou de gamines (l'élitiste n'est pas sexiste) ne sont bon qu'à remplir les poubelles (de vos voisins de préférence). D'une manière générale, l'élitiste déteste tout ce qui est shônen, à l'exception des auteurs nobles (auto proclamés par l'élitiste) comme Adachi ou Tezuka, et ne fait que jeter un regard hautain et méprisant envers ces séries abominables. La plupart des shôjo ne méritent également guère plus de considération, surtout lorsqu'ils sont niais et mièvres. Seuls sont acceptés les shôjos plus adultes, tel Nana. L'élitiste convaincu a une prédominance certaine pour les seinen, autrement dit pour les œuvres évidemment plus adultes, plus mures, en un mot, plus intelligentes. Par voie de conséquence, les seinen imbuvables n'en sont alors que plus méprisables, et leur nom même est tabou. Enfin, les œuvres plus underground, ou en tous les cas clairement alternatives, ont la préférence de l'élitiste, tel par exemple l'homme sans talent. En aucun cas, l'austérité de l'histoire, la médiocrité des dessins ou le verbiage incessant, ne doivent vous rebuter, bien au contraire.

Vous commencez à percevoir quelles lectures un élitiste doit avoir ? Mais vous n'avez encore fait que la moitié du chemin, car il faut maintenant étaler votre élitisme en public. Première chose, il s'agit bien entendu d'écrire sur un forum élitiste. Pour ça, je n'ai pas besoin de vous montrer le chemin. Mais surtout, il s'agit de poster ses messages d'une façon particulière. Tout d'abord, l'élitiste écrit de longs, très longs messages. Plus c'est long, plus c'est bon, telle est sa devise. Bannissez donc immédiatement tout message inférieur à mille mots, sauf lorsqu'il s'agit de rabrouer un vil représentant de la populace (il faut alors se mettre à son niveau et donc limiter le nombre de mots). Notez également que cela s'applique à la construction des phrases elles-mêmes, qui doivent également avoir une longueur respectable. Par là, l'élitiste se doit d'avoir l'ambition de pénétrer au plus profond des œuvres au sujet desquelles il prend le temps et le peine d'écrire un message. L'élitiste ne se contente pas de donner un avis, mais il prend soin de donner une signification profonde et cachée sortie tout droit de son imagination, mais à laquelle il donne une valeur universelle. Inutile de préciser que l'élitiste méprise le free post, sauf lorsqu'il en est l'auteur. De même, l'élitiste a le devoir absolu d'écrire des messages absolument ennuyeux pour le commun des mortels. Le summum de l'élitisme étant ainsi d'écrire des messages d'une telle luminosité intellectuelle qu'il ne puisse en être le seul lecteur. Ensuite, sélectionnez bien les personnes à qui vous vous adressez. En effet, la vile populace n'existe pas pour l'élitiste et celui-ci ne prête donc pas attention à leur existence. Il ne fait pas que les mépriser, il les ignore. Après, l'élitiste utilise un vocabulaire spécifique, complexe et spécialisé. Peu importe qu'il ne connaisse pas lui-même la signification des mots qu'il emploie, peu importe que ceux-ci n'aient aucun sens dans ce contexte précis. Ce qui importe, c'est leur utilisation. Ainsi, apprenez vous aussi à utiliser fréquemment des mots tels qu'ontologie, analepse, technè… Plus un mot est obscur et inconnu, mieux c'est. Après, l'élitiste doit bien entendu étaler sa culture, et faire montre de son intelligence supérieure, en n'hésitant pas à sortir des références obscures qu'il aura auparavant pris connaissance grâce à une encyclopédie ou à son ami google. L'élitiste n'oublie pas de préciser régulièrement les hautes qualifications intellectuelles qu'il possède afin de rabaisser son interlocuteur. Enfin, l'élitiste utilise un ton volontairement hautain, suffisant, et peut utiliser l'humour comme outil de moquerie. L'élitiste est par ailleurs infiniment drôle et peut donc se permettre de faire profiter son bon public de son humour.

Si vous avez été suffisamment attentif et que vous suivez ces quelques préceptes à la lettre, vous pouvez espérer devenir un véritable élitiste, à force d'entraînements et d'apprentissages. Sachez toutefois que, de même que Rome ne s'est pas construite en un jour, de même que l'humour de sushikouli lui a demandé de longues années d'entraînements, de même le stade de l'élitisme vous demandera de longues années de patience et de persévérance. Alors, peut-être, un jour, pourrez-vous atteindre le comble de l'élitisme : écrire un édito sur l'élitisme, et qui plus est de mille mots exactement !

Laotzi"