Akileos

RETOUR AU SOMMAIRE

Quelques informations...

Directeur éditorial Adresse postale Date de sortie des premiers titres Tarifs Site web
Dominique Burdot
Laurent Muller
12bis avenue des Gobelins
75005 Paris
Avril 2008 6,50€ http://www.12bis.com/

Quelques chiffres : en résumé...

Nombre de volumes
sortis en 2011
Nombre de séries
débutées en 2011
Nombre de séries
terminées en 2011
Nombre de séries
en cours au 31/12/11
3 0 1 0

Quelques chiffres : les sorties mois par mois...

Janvier Février Mars Avril Mai Juin
2 0 1 0 0 0
Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
0 0 0 0 0 0

Détroit Metal City volume 10

Trois ans, c'est le temps que 12 Bis aura tenu sur le marché du manga. Premiers titres en avril 2008, dernière sortie en mars 2011, dans la plus totale discrétion. Seuls 3 tomes sont donc parus en 2011.

Détroit Metal City de Kiminori Wakasugi est la dernière série s'en sortant plutôt bien, puisqu'elle voit son dixième et ultime volume paraître en mars 2011.
Durant ces trois ans, 12 Bis a donc sorti onze séries, dont cinq sont restées inachevées : Ogenki Clinic de Haruka Inui avec 3 tomes sur 9 (sachant que cette série érotique avait déjà connu une première tentative de parution chez Albin Michel), La corde d'or de Yuki Kure avec 6 tomes sur 17, Arakure - Princesse Yakuza de Kiyo Fujiwara avec 6 tomes sur 10, Clover de Tetsuhiro Hirakawa avec 9 tomes sur 24 (série en cours au Japon) et Gagoze d'Ahn Dongshik avec 3 tomes sur 5.
À noter d'ailleurs que seules six séries apparaissent encore dans le catalogue du site officiel de l'éditeur, les séries suivantes n'étant plus référencées : Gagoze, Red Garden, Akihabara@Deep, Le sabre de Shibito, La Bible.

Je ne l'ai pas comptablisé mais signalons tout de même la sortie en octobre 2011 d'Akira Toriyama, le maître du manga, un ouvrage signé Olivier Richard et consacré au papa de Dragon Ball.

Arakure - Princesse Yakuza volume 6

Bon ben salut...

Le marché manga n'a jamais donné vraiment l'impression d'intéresser fortement 12 Bis. Et ce n'est sûrement pas le niveau des ventes qui aura permis de convaincre l'éditeur de continuer. Qui plus est, vu le relatif anonymat dans lequel se sont arrêtées les parutions, sans aucune vague, aucun questionnement, aucune réaction de fans en colère, il ne devait décidément pas y avoir suffisamment de lecteurs qui les suivaient...