Vertige Graphic

RETOUR AU SOMMAIRE

Cœur de sirène

En 2004 disparaissait Vegetal Manga Shouten alors en partenariat avec Soleil pour leur collection manga à la parution disons capricieuse. En 2006, ils devenaient Vegetal Shuppan et s'éloignaient du manga tout en s'installant au Japon. Et c'est en 2010 qu'ils relancent la collection Vegetal Manga - très discrètement - avec une première création nommée Cœur de sirène par Mitsu en novembre, en partenariat avec Athênagram Editions. Semblait aussi prévu le premier numéro du magazine Daruma, proposant notamment des mangas inédits mais la sortie de ce numéro n'est pas confirmée...

Ils ne vont néanmoins pas s'arrêter là puisque plusieurs titres sont annoncés pour 2011. En février 2011 devrait être lancée la collection Vegetal Manga X, évidemment consacrée aux mangas hentaï pour public averti avec comme premier titre Kimochii Ito d'Arou Rei suivi en avril d'un autre titre du même auteur, Corps du délit.
En mars, un manga devrait arriver dans la collection classique, Otaku Club, un one-shot de Kuroyuri Hime.
Des informations complémentaires semblent donner sur leur page Facebook mais celle-ci est inacessible quand on n'a pas de compte et n'en ayant pas pour ma part...

Otaku Club volume japonais

Oula...

Dire que le retour annoncé de Vegetal Manga sur le marché manga français me ravit serait fortement exagéré. À l'époque de leur collaboration avec Soleil, même s'ils ont permis la découverte d'un titre énorme comme Dorohedoro - dans des conditions foireuses quand même -, ils faisaient partie de ces éditeurs difficiles à suivre - leur site web m'avait fait pleurer de rire -, aux plannings hasardeux, aux annonces un peu trop optimistes et à la qualité d'édition discutable. Soyons honnêtes, leur départ ne m'avait pas franchement chagrinée tant les suivre était usant et crispant...
Alors revenir, pourquoi pas, ils peuvent après tout faire découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux horizons. Mais le début déjà quelque peu chaotique de cette nouvelle expérience ne me donne guère l'impression qu'ils maîtrisent beaucoup plus les mécanismes de l'édition qu'il y a cinq ou six ans. Planning relativement inexistant, invisibilité dans les rayons - j'ai découvert en faisant ce bilan qu'ils avaient apparemment sorti un manga en novembre - le magazine Daruma semble déjà connaître des difficultés pour sortir, le site web n'est pas un modèle de précision et de visibilité... Je sens qu'on va encore bien se marrer pour suivre leurs activités... Je prépare déjà ma réserve d'anti-dépresseurs et de calmants...
Néanmoins, histoire de ne pas finir sur du mauvais esprit, 2011 nous dira s'ils ont désormais les moyens et la capacité de tenir le choc face à un marché qui a beaucoup changé depuis 2004. Encore plus difficile désormais de se faire une place...