Revenir aux commentaires

Vous pouvez également télécharger ce Bilan Manga 2010 en version PDF
en cliquant sur le bouton ci-dessous (clic droit pour enregistrer)
(53 pages - 10 Mo)

Pour clore 2010, voici le Bilan Manga annuel faisant le point complet (ou presque, l'erreur est humaine) sur les sorties de l'année, avec toujours des graphiques parfois plus parlants que des mots.
2010, c'est 1631 sorties réparties entre :
- 1449 mangas,
- 120 manhwa,
- 21 mangas européens,
- 5 mangas américains,
- 5 manhua,
- 4 fanbooks,
- 6 artbooks,
- 7 anime-comics,
- 1 revue,
- 6 magazines de prépublication (chez un même éditeur, Asuka),
- 7 romans, ceux-ci commençant à avoir leur propre collection chez certains éditeurs.


Après une petite accalmie l'année dernière, les sorties remontent donc fortement, notamment avec l'arrivée de Kazé Manga, proposant en tout 60 volumes de plus qu'Asuka seul en 2009, ainsi que l'envolée de certains éditeurs comme Glénat ou Ki-oon.
2010 a vu la sortie de 203 nouvelles séries - parmi lesquelles 13 rééditions, intégrales ou Deluxe, chez les mêmes éditeurs que leur première parution -, 85 one-shots et recueils et 134 séries achevées. Des chiffres là encore à la hausse par rapport à 2009, du fait du dynamisme gourmand de certains éditeurs.
Cela nous donne en tout cas 34 éditeurs à aller visiter plus en détail...










N'oublions pas de citer des éditeurs n'ayant rien sorti depuis 2009 dont on peut donc dire qu'ils ont purement et simplement disparu.
C'est ainsi le cas de Gekkô, label spécialisé dans le parodique avec des titres comme Naruzozo ou Death Joke, appartenant au départ à Clair de lune qui l'avait ensuite revendu à un autre éditeur. Ce dernier n'était apparemment pas désireux de poursuivre le travail de parodie puisque le dernier volume, Love Nana 2, date de mars 2009...
C'est également le cas de Toki, collection des Éditions du temps proposant du manhua (décidément un gros secteur en plein développement...) dont on apprend en mars sur le blog de... Xiao Pan qu'ils arrêtent la seule série qu'ils avaient encore, à savoir Les trois royaumes de Li Zhiquing, dont le quatrième volume sur dix était paru en septembre 2009. Sur leurs trois séries, ils en donc donc arrêté deux (n'oublions pas The Celestial Zone) pour finalement fermer boutique... totalement puisqu'un tour sur le site des Éditions du temps aujourd'hui permet de voir qu'ils ont cessé leur activité. La BD asiatique n'est définitivement pas une protection face à la faillite...
L'éditeur Drakosia, ayant vaguement proposé quelques manhua et manhwa - il y en a qui aiment la difficulté - dont un one-shot courant 2009 n'a plus donné signe de vie en 2010, leur site étant totalement abandonné depuis le début de l'année. Next.

The Breaker volume 1 coréenUn éditeur généraliste qu'on devrait retrouver en 2011, c'est FLBLB qui nous avait déjà proposé Le Visiteur du Sud en 2008 et 2009. Il revient avec le même auteur coréen, Oh Yeong Jin, pour son one-shot Mission Pyongyang dans le courant de l'année, ainsi qu'une incursion côté japonais avec un nouveau titre tiré du catalogue fourni d'Osamu Tezuka, Debout l'humanité, prévu pour février 2011. D’autres Tezuka sont également au programme de l’année.

Un nouvel éditeur indépendant devrait également faire son apparition en 2011, sous le nom de Booken Manga. Je ne peux m'empêcher de remarquer que mettre le mot "manga" dans son nom quand ses quatre premiers titres annoncés - The Breaker de Jeon Geuk-jin et Park Jin-Hwan, Gui d'Oraebalgeum et Kim Young Oh, The Swordsman de Lee Jae-hun et Hong Ki-woo et Ping de Kim Youn-kyung et Lee Chong-kyu - sont des manhwa, c'est un peu étrange. Même si des mangas sont apparemment prévus par la suite. Et vu le sort réservé jusqu'à présent aux éditeurs manhwa, ce n'est pas super rassurant pour eux, même s’ils semblent partis pour proposer de l’action aux graphismes accrocheurs, le genre de lecture classique qui marche plutôt bien en général...

Pas de gros bouleversement, en tout cas visible du côté lecteurs, pour cette année 2010.
Certains éditeurs continuent de multiplier les nouveautés en espérant sans doute y trouver la nouvelle pépite qui donnera un coup de fouet à leurs ventes, en baisse depuis des années, faisant alors énormément grossir leur catalogue avec pour conséquence inévitable, à moins de passer à 40 sorties par mois chacun, d'allonger les délais de parutions des séries les moins rentables, les rendant alors encore moins visibles par un public de plus en plus centré sur quelques titres. La génération bercée au Club Do vieillit et rien ne dit qu'en grandissant, la suivante, une fois passée la lecture d'un Naruto, d'un Fruits Basket ou d'un FullMetal Alchemist, ira chercher des titres ciblant plus adultes.
De plus, s'il y avait quantité de hits à découvrir quand le manga a été lancé en France, les réserves japonaises de titres à succès sont désormais bien vides et les éditeurs se retrouvent avec le même problème que leurs homologues nippons : dénicher dès son lancement la perle rare qui redonnera du souffle, là où s'empilent plutôt les séries consensuelles se copiant allègrement les unes les autres. La qualité n'a pas disparu pour autant mais le recul manque bien souvent pour pouvoir juger des points forts d'une série, un seul chapitre n'étant souvent pas bien suffisant pour ça.
Malgré ça, de nouveaux éditeurs tentent encore de s'immiscer dans le marché même si leurs chances de succès s'amenuisent d'année en année, d'autres préférant d'ailleurs jeter l'éponge. La course à la quantité va-t-elle se poursuivre l'année prochaine ? La mode des vampires et des majordomes - à quand le manga Vampire's Butler ?? - va-t-elle s'arrêter ? Certains éditeurs découvriront-ils les joies du planning tenu ? Les fans de Boy's Love vont-elles toutes devoir s'endetter à vie pour pouvoir lire toute la production qui débarque en librairies depuis quelques mois ? Les éditeurs de manhwa sont-ils tous condamnés à se vautrer ? Combien de séries vont-elles s'arrêter dans les mois à venir ?
Tout ça et plus encore en 2011...
Bonne lecture.

PS : merci à sushikouli pour sa relecture attentive et ses conseils, même si ça m'a obligée à tout reprendre le dernier jour...